Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 février 2018 1 05 /02 /février /2018 09:37

 

Le diocèse d'Agen nous présente ces lettres afin de se préparer et de connaître mieux Adèle.

 

41. - À Mademoiselle Agathe DICHE, à Agen

Adèle choisit le jour de la Fête-Dieu pour annoncer son départ pour Condom et faire quelques considérations sur l'octave de la Fête.

+ J.MJ.T.                                                                                                           Ce 5 juin 1806

Béni soit le Très Saint Sacrement !

Avant de partir pour Condom, ma bien chère amie, je veux vous écrire. Je laisserai ma lettre, on vous la fera passer. Ainsi il y aura quelques jours que j'y serai quand vous recevrez cette lettre.

Quelle semaine délicieuse pour un cœur qui aime véritablement Jésus-Christ ! Nous le voyons tous les jours s'exposer à notre vue, s'exposer à mille outrages. Eh bien ! Rien de tout cela ne peut le décider à se séparer de nous. Ah ! C'est bien lui qui dit : « Je fais mes délices d'être avec les enfants des hommes ! ». Quoi : un Dieu fera ses délices d'habiter parmi nous et nous ne ferons pas les nôtres d'être en sa divine présence, et nous y porterons des yeux égarés et un esprit dissipé !

Hélas ! C'est cependant le même Dieu dans nos églises qui doit venir juger les vivants et les morts au dernier jour. La différence qu'il y a, c'est qu'il est ici assis sur le trône de sa miséricorde, au lieu que là, il sera assis sur le trône de sa justice.

Tenons-nous donc dans le lieu saint avec toute sorte de modestie et de recueillement. Voyons-y avec les yeux de la foi notre divin Sauveur sur l'Autel faisant toujours la fonction de sacrificateur et de victime.

Allons à Lui, ayons-y recours dans tous nos besoins ; développons-lui toutes nos misères. Il est compatissant, il en aura pitié. Il demeure parmi nous le jour et la nuit afin que nous puissions avoir recours à Lui, quand nous le voudrons.

Une fontaine est ouverte en Israël, empressons-nous d'y boire. C'est la fontaine d'eau vive. Celui qui y boit n'aura plus soif.

Recevons avec de grands sentiments de respect la Bénédiction qui nous sera accordée tous les soirs. Tâchons d'en tirer profit. Demandons à Jésus-Christ qu'il nous bénisse et mettons-nous en même de recevoir dignement cette bénédiction.

Je vous propose, ma bonne amie, un Veni Sancte pour que Dieu nous fasse connaître les jeunes personnes qui peuvent entrer dans la Société. Demandons aussi, dans le même Veni Sancte, la grâce de procurer la gloire de Dieu et la manière d'attirer des âmes dans son saint service.

Adieu, ma bien chère Agathe, je vous propose de vous endormir, le jour où vous recevrez ma lettre, en esprit dans le saint Tabernacle, en faisant des actes d'adoration et d'amour.

Adieu encore, ma chère amie, j'attends de vos lettres avec impatience. J'embrasse la Société.

 

ADELE DE BATZ

 

Partager cet article
Repost0

commentaires