Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2021 6 23 /01 /janvier /2021 20:08

 

Homélie du Dimanche 17 janvier 2021

 

 

«Jean dit : «Voici l’Agneau de Dieu». Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus.»

 

     Frères et sœurs bien-aimés, au début du Temps ordinaire, nous entendons toujours l’appel des disciples.

L’appel du Christ, pour tout disciple, c’est-à-dire pour tout chrétien, est toujours le mystère d’une relation personnelle avec Jésus (appel et réponse). Mais Saint Jean l’évangéliste met en avant le rôle des intermédiaires...: Jean Baptiste et André. Intermédiaires très fréquents dans un appel par Dieu, et pas toujours conscients de leur rôle !...

 

      Car le Seigneur sait opérer à travers des personnes qui ne l’ont pas toujours cherché : vous avez peut-être des exemples dans votre propre vie ou autour de vous. Personnellement, ayant perdu ma grand-mère cette semaine, je me souviens de différents moments de mon enfance, et je peux vous partager au moins trois parmi les premiers «intermédiaires» de mon appel :

 

      1/ Frère Jean-Louis, frère des Ecoles chrétiennes, mon instituteur en CE2… : par lui j’ai pris conscience à 8 ans que l’on peut être célibataire consacré et heureux. C’était un homme très joyeux et très simple.

 

     2/ Ma grand-mère maternelle : un soir en rentrant de l’école, j’avais 10 ou 11 ans, elle nous demande : « Que voulez-vous faire plus tard ? »...question classique et question fatidique, posée avec bienveillance mais avec gratuité par quelqu’un qui vous aime et s’intéresse à vous. C’est la première fois qu’est sorti de ma bouche... « je veux être prêtre », affirmation enfantine et profonde pourtant à cette époque, même si elle m’est sortie de l’esprit ensuite très rapidement. Etait-ce parce que le seul portrait de famille que nous avions à la maison était celui d’un prêtre, l’oncle de mon arrière-grand-père ? Etait-ce parce que j’aimais beaucoup mon curé, l’abbé de Jong, qui était aussi mon aumônier chez les frères ?...Je ne sais.

 

     3/ Ma grand-mère paternelle, elle, qui avait un oncle prêtre et une tante religieuse ne m’en a jamais parlé. Mais son silence sur la question ne l’a pas empêchée de prier. Sa prière a été sa ma manière d’être un intermédiaire. En intercédant. «J’ai tellement prié pour qu’un de mes petits-enfants ait «la grâce»» m’a-t-elle dit quand je lui ai appris que je voulais rentrer au Séminaire…

 

     Souvent, pour d’autres confrères prêtres, c’est un prêtre qui a posé la question : «Tu nas jamais pensé devenir prêtre ?»

 

     Mais toute personne, même non chrétienne, peut en fait jouer ce rôle dintermédiaire même sans le savoir ! Il est important aujourdhui dappeler, de transmettre lappel du Christ pour le servir comme prêtre, pour le suivre dans la vie religieuse, mais aussi comme époux chrétiens, car le mariage aussi est déconsidéré par beaucoup de jeunes alors quil est aussi un appel du Christ.

Dans notre société et nos familles qui se déchristianisent, n’ayons pas peur d’appeler encore et toujours au Baptême, à la Communion, à la Confirmation, au Sacrement du Pardon. Nous pouvons tous être des relais, des intermédiaires ! Comme le prêtre Eli, comme Anne, la mère de Samuel, ou comme Saint Paul aujourdhui, ou encore Jean le Baptiste ou André. Oui, laissons résonner la Parole de Dieu dans les cœurs qui nous sont proches. Le Seigneur poursuivra son œuvre !

 

«Jean dit : «Voici l’Agneau de Dieu». Les deux disciples entendirent ce qu’il disait, et ils suivirent Jésus.»

 

Amen.

 

Thibaud de La Serre.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires