Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 07:37

 

 

Mission Saint Gabriel à Aiguillon

 

 

«  S’il ne vous plaît pas de servir le Seigneur, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir. »

 

       Frères et sœurs bien-aimés, arrivés au terme de cette semaine de la Mission Saint Gabriel, pendant laquelle nous sommes allés à la rencontre de nombreux habitants sur Buzet, Damazan et Aiguillon, 2 par 2, je pourrais presque dire que nous sommes rendus comme au temps de la prédication de Jésus. Par cet envoi 2 par 2 sans doute, avec douceur et humilité, comme Jésus le demande à ses disciples. Mais surtout, la similitude est celle des habitants qui sont nombreux à ne pas croire dans la possibilité de la vie éternelle et dans la présence de Dieu ou son action. A tel point que peu de personnes reconnaissent consciemment qu’ils reçoivent leur vie même du Créateur ! (sauf des évangélistes, musulmans rencontrés et quelques catholiques). Et ce qui nous frappe, comme dans beaucoup d’autres paroisses visitées de notre diocèse, c’est que les plus fermes dans l’incroyance sont des personnes relativement âgées qui ont reçu toute la catéchèse de leur époque...

 

Nous ne sommes pas loin du tout de l’attitude des personnes qui ont commencé à suivre Jésus et dont nous parle Saint Jean aujourd’hui (finale du chapitre 6) : « Cette parole est rude, qui peut l’entendre ? ». « Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie ; mais il y en a parmi vous qui ne croient pas ». On pourrait conclure à un constat d’échec cuisant : 2000 ans d’évangélisation pour revenir à la case départ ?! ou encore « le disciple n’est pas supérieur à son maître (…) s’ils me persécutent, ils vous persécuteront aussi » disait Jésus.

 

Ce constat d’échec serait trop rapide et injuste bien sûr au regard de toutes les avancées humaines, sociales, architecturales, techniques et intellectuelles qu’ont apportées le christianisme. Cependant, il est bon, tant pour les plus jeunes que pour les plus anciens, de se demander ce qui est au fond de toute âme humaine, et ce qui est au fond du christianisme... Quelle est la substantifique moëlle de l’Évangile et qu’est-ce que l’homme peut recevoir de ce que Dieu lui donne ?

 

Toutes les religions (ou la plupart) annoncent l’existence d’un Dieu, d’une ou plusieurs divinités. Le propre de l’Évangile n’est donc pas d’annoncer la seule existence du Créateur, mais sa présence, sa proximité et la puissance de son salut et de son pardon malgré l’échec apparent de la Crucifixion du Christ. Je pense ici aux yeux qui se mouillaient quand ils entendaient au bout d’un certain temps de nos conversations : « Dieu vous aime, il est venu vous dire qu’il était proche de vous ». Mais aussi je pense au refus d’une personne catholique, atteinte d’un cancer, de recevoir l’imposition des mains du prêtre ! Le Seigneur veut aujourd’hui, plus que tout, que les cœurs du plus grand nombre l’entendent. C’est ainsi que se développent la spiritualité du Sacré Cœur de Paray-le-Monial et de la Miséricorde divine pour le XXIe siècle !

 

Il y a beaucoup d’ennemis du Seigneur aujourd’hui. Mais comme à l’époque de Jésus ces ennemis (matérialisme, richesse, orgueil, méchanceté, violence, addictions…) font plus de mal encore quand ils viennent de la garde rapprochée du Christ, des chrétiens pratiquants. Les apôtres eux-mêmes n’ont pas été brillants, ils n’ont pas compris beaucoup de choses importantes que le Christ leur a répété, ils se sont jalousés, ils ont fui a l’heure de la Passion, mais au final ils ont accepté les reproches du Maître, ils ont converti leur cœur. Ils ont accepté d’être humbles et pauvres et ils ont fait confiance à la puissance du Saint Esprit en eux et pour l’Église.

Le Christ est la tête de l’Église, lui qui est le Sauveur de son corps. (…) Il la voulait sainte et immaculée. »

Il ne s’agit pas de dire aujourd’hui que l’Église ne peut pas être le reflet du Christ ou l’épouse sainte et immaculée parce que 2000 ans d’histoire de l’Église ont pu nous échauder réellement. Il s’agit pour nous d’avoir confiance dans le Saint Esprit, mais une confiance active c’est-à-dire une volonté d’être converti intérieurement par la puissance de Dieu qui peut nous sauver du mal, de nos mauvaises habitudes, de nos limites, et de tout ce qui, au fond, nous écarte profondément de Dieu.

 

Deuxième point : Qu’est-ce que l’homme peut recevoir de ce que Dieu lui donne ? Sur ce point, je dirais que malgré nos faiblesses diverses, c’est l’esprit de famille dans l’Église qui peut seul nous faire avancer.

 

Il est important de toujours approfondir sa foi et l’intelligence de la foi, mais cela ne portera beaucoup de fruits que si nous vivons notre foi ensemble, en se retrouvant régulièrement, en servant, en priant, en chantant, en partageant des moments fraternels. Plus que de sortir de son isolement, l’esprit de famille, la fraternité chrétienne vécue (qui coûte certes !) nous construit, nous sort de nous-mêmes, de notre seul réseau, de notre seul regard.

Une jeune disait hier au cours de la soirée témoignages que ces visites auprès des personnes que l’on ne connaissait pas nous « mettaient en danger », au sens positif du terme. C’est-à-dire nous sortaient de nous-mêmes pour nous enrichir de l’autre, y compris de ses incohérences, de ses limites, de ses incompréhensions. Cela nous renvoie souvent à nous-mêmes, à nos incohérences, à nos limites, à nos incompréhensions. Cette humilité retrouvée nous fait donc retourner à l’essentiel, comme Pierre qui conclut : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle . »

 

Nous allons continuer à prier pour que cette mission porte du fruit sur cette paroisse. Auprès des personnes visitées mais aussi au milieu de vous-mêmes, communauté chrétienne et chrétiens plus engagés ou appelés à l’être. Car choisir le Christ, choisir l’Évangile, ne doit pas être seulement de l’habitude ou une tradition lointaine. Le Christ veut pour chacun une foi vivante et vivifiante !

 

«  S’il ne vous plaît pas de servir le Seigneur, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir. »

 

Amen.

 

Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0

commentaires