Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 13:42

Homélie du Dimanche 31 octobre 2021

 Villeneuve sur Lot

 

« Je t’aime Seigneur, ma force, Seigneur mon roc, ma forteresse, le rocher qui m’abrite »

 

      Frères et sœurs bien-aimés, ce début du psaume 17 est une des rares fois dans la Bible où l’amour pour Dieu est mis à la première personne… « Je t’aime Seigneur », formule si belle et si forte !

Nous entendons ce dimanche en saint Marc un des passages les plus explicites des évangiles où Jésus allie l’amour envers Dieu l’unique, c’est-à-dire le premier des commandements, et l’amour du prochain, que l’on doit aimer comme soi-même, selon l’exhortation du Livre du Lévitique (Ancien Testament).

      C’est le socle, le pilier principal et unique de la révélation judéo-chrétienne, c’est donc le chemin de l’Église et de toute vie baptismale digne de ce nom. Le Concile Vatican II l’exprime dans son introduction de la Constitution sur l’Église en exhortant à « l’union intime avec Dieu » et à « unité de tout le genre humain » (LG1). Les deux bras de la Croix, la verticale et l’horizontale, étant étroitement réunis.

Mais nous pourrions croire qu’en nous remémorant l’assise, le pivot de notre foi, nous pouvons être bien assis, et comme déjà arrivés au bout du chemin !

      Cependant, nos péchés personnels, les péchés des autres frères et sœurs chrétiens et les péchés de l’Église « semper reformanda » comme je l’écris dans l’édito du St Joseph Infos de novembre, nous font redescendre de notre piédestal : nous devons ÉCOUTER, et écouter encore le Seigneur, et le recevoir presque comme un étranger que l’on reçoit du coup avec plus d’attention pour le respecter. Et pour Dieu, le craindre, car il est le Seigneur.

Et nous devons aussi être conscients du combat que notre époque dite « moderne » accomplit contre Dieu…

 

     L’histoire doit nous enseigner : certains historiens ne s’entendent pas par exemple sur la « décadence de l’Empire romain ». S’agit-il de « décadence » ou de « transformation » ? Peu importe pour nous ici, mais ce qui est sûr, c’est que le jour où l’on a eu peur de son prochain à cause des invasions barbares, le jour où la guerre a obligé les villes à s’entourer de remparts, le jour où les gens ont été plus occupés à se nourrir sans se faire massacrer qu’à se cultiver et à honorer Dieu, alors l’amour de Dieu et l’amour du prochain ont fait défaut ensemble.

 

      Aujourd’hui, le manque de respect de Dieu et des hommes dans leur vie, dans leur être et dans leur intégrité, est flagrant, encore plus sans doute pour les plus anciens d’entre nous. Il ne faut être ni nostalgiques, ni idéalistes. Mais si l’on croit être perdus, ou si l’on croit que la société se perd (ce qui peut être…), rappelons-nous que l’AMOUR de Dieu est premier et primordial, et qu’il nous donnera la force d’aimer ce prochain si étrange ! Oui, notre gouvernail est l’amour et le respect du Dieu unique et le respect des personnes, comme nous pouvons souhaiter être respectés.

    Les Écritures Saintes, la Parole vivante de Dieu, ont déjà traversé tant de périodes difficiles et résonnent avec tant de lumière et de force, que nous n’avons pas à craindre son éclat !

 

Que l’amour pour Dieu soit vainqueur en nous : il est Éternel !

 

« Je t’aime Seigneur, ma force, Seigneur mon roc, ma forteresse, le rocher qui m’abrite »

 

                                                                                      Amen.

 

                                                                                      Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0

commentaires