Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2021 3 15 /12 /décembre /2021 20:24

 

PROCESSUS DE CROISSANCE
DE LA PAROISSE SAINT JOSEPH DE VILLENEUVE
2000 – 2005 – 2017 – 2025


           Chers amis,
          Pour faire suite à notre rentrée de septembre et au Congrès Mission, voici la ­chronologie de ­notre réflexion paroissiale. La rencontre du 16 novembre 2021 a eu pour objectif de faire ­avancer ­ensemble avec l’E.A.P., le Conseil pastoral, et les participants du Congrès Mission sur la ­vision ­pastorale commune pour notre paroisse de Villeneuve (Cf week-end Talenthéo à Dax). Il s’agit de se donner des priorités et élaborer un projet pastoral pour 3 ans (2022-2025).

 

CHRONOLOGIE

 

décembre 2000 : création de la nouvelle paroisse Saint Joseph, regroupement de 6 communautés autrefois indépendantes, secrétariat et salles de caté à la maison paroissiale
juin 2005 : choc du départ précipité et médiatisé du curé « fondateur », l’abbé Bernard Chalmel
décembre 2009 : visite pastorale de Monseigneur Herbreteau
2009-2014 : 4 orientations diocésaines (à l’écoute du monde/ à l’écoute de la Parole de Dieu/
communautés fraternelles/ célébrer l’amour de Dieu) et nouvelle mise en place progressive des
Messes en famille et leurs ateliers avec l’abbé Jean-Pierre Ortholan
2013 : arrivée de Richard Bouchet comme curé, formation Talenthéo puis deux soirées et un
questionnaire sur les célébrations
2020 : arrivée de Thibaud de La Serre comme nouveau curé, 20 ans de la paroisse, messe télévisée et nouveaux horaires des messes depuis septembre 2021

 

ORIENTATIONS 2020-2021

 

Conseil pastoral 2020 : Constat d’un manque d’accueil dans certaines églises de la paroisse lors
des messes dominicales. Demande qu’une personne à l’entrée dise « Bonjour », sourie, et repère les nouveaux. Demande de plus de convivialité au moment des célébrations, même malgré la pandémie.
Décembre 2020 : Pour fêter les 20 ans de la paroisse et malgré le confinement, vidéo diffusée sur Facebook et le Blog de la paroisse à partir de témoignages de paroissiens de différents âges sur le thème « Dépoussiérer – Se rencontrer : cela vous évoque quoi pour notre paroisse ? »
Les suites de la crise sanitaire du COVID 19 n’ont pas permis de réaliser beaucoup de choses, mais nous avons pu célébrer la Toussaint, Noël, la fête de Saint Joseph, une mini-marche des Rameaux, le Triduum pascal, la messe TV, ainsi qu’une soixantaine de baptêmes d’enfants, une bonne douzaine de mariages, les premières communions, professions de foi et confirmations.
Le pape François a lancé conjointement une « Année Saint Joseph » en 2020-2021, qui nous a
valu entre autres de commander, pérégriner et bénir une nouvelle statue de Saint Joseph portant
l’Enfant sur ses épaules, et une « Année de la Famille » en instituant notamment une journée des grands- parents fin juillet. Il oriente encore l’Église vers un renouvellement de sa gouvernance par une réflexion profonde sur la synodalité.
Notre évêque, quant à lui, nous parle d’écologie intégrale dans ses deux dernières Lettres ­pastorales, c’est-à-dire une attention à la Création mais aussi à l’homme notre semblable et à la paix dans ses relations mutuelles. Avec les évêques de France, il nous oriente aussi vers l’attention aux enfants et aux ­jeunes et la protection de l’enfance contre les abus de pouvoir, de conscience et abus sexuels.

PROPOSITIONS


Parmi une liste de plus de 47 propositions apportées le soir du 16 novembre par les 25 participants présents, voici celles retenues en priorité sur plusieurs axes :

Formation des adultes et des jeunes :
- initier les enfants et les jeunes à l’adoration et au chapelet
- proposer des partages d’Evangile (trio biblique, groupe biblique, ...)
- accueillir et « nourrir » les jeunes parents (Abbé-Mousse-Papas, conférences, témoignages)
- visite guidée de certaines églises
Chaleur des célébrations :
- faire évoluer le répertoire des chants
- proposer un témoignage pour certaines messes
- établir une liste de personnes disponibles pour véhiculer jusqu’à l’église et recenser les personnes handicapées ou isolées qui apprécieraient ce service
Accueil et ouverture :
- repérer les nouveaux à nos célébrations et ceux qui sont au fond de l’église
- apéritif à la fin des messes uniques
- proposer des journées portes ouvertes à la paroisse une ou deux fois dans l’année   

- monter un trombinoscope avec photos et qui fait quoi

 

...VERS UN PROJET PASTORAL POUR 2022


Après le regard sur les « FORCES » de la paroisse Saint Joseph, les « MANQUES » que nous avons pu repérer et des propositions concrètes, je vous propose à tous 3 temps pour poursuivre notre chemin :
1) PRIER pour ce projet pastoral qui nous guidera dans nos 3 prochaines années (2022-2025) :
PRIER c’est confier au Seigneur la suite, les priorités à faire émerger, la finalisation et bien sûr la
réalisation. PRIER c’est dire au Seigneur : ce projet t’appartient, cette paroisse t’appartient, les
services que nous te rendons t’appartiennent, donne-moi d’être serviteur, à ton écoute.
Notre force sera si nous prions TOUS, de tous les âges, à l’église, pendant un chapelet, un temps d’adoration ou chez soi, pour remettre au Maître ce travail. Pour que nous soyons vraiment ses serviteurs, à l’écoute de son Esprit.
2) ÉCHANGER sur les priorités que nous avons commencé à dégager et qui sont inscrites dans ces pages. Nous ne pouvons pas tout nous donner comme « priorités », nous devons faire des choix « prioritaires », tout en assurant bien sûr les services essentiels (sacrements, funérailles, accueil, catéchèse, etc). Chacun peut prendre part à la suite immédiate de l’élaboration de ce projet en encourageant les acteurs nommés par l’évêque (délégués pastoraux, prêtres et diacre de l’EAP), en leur faisant vos remontées personnelles, en proposant des idées concrètes. Il y a plusieurs ­attitudes possibles : l’indifférence, la critique permanente, la critique constructive, la volonté de servir, la foi et la confiance. A vous de trouver ce qui nous fera avancer ensemble en paroisse, comme dans une famille !
3) RECEVOIR la rédaction du Projet pastoral de la paroisse qui se fera au long du mois de  janvier 2022. Recevoir cela signifie accepter, dire oui, rendre grâce, proposer son aide ou l’aide de nouvelles personnes, et prier encore pour que nous soyons des artisans du Royaume de Dieu ici sur le secteur de Villeneuve. Le Seigneur nous appelle, car il nous veut vivants ! Il veut donner la Vie à d’autres par nous ! Quelle grâce ! Un projet pastoral n’est pas une succession de bonnes paroles, mais un choix de bonnes actions... à mettre donc concrètement en œuvre selon les appels de l’Esprit Saint.
«Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ;
je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. »

(Jean 15,15)

                                                                       Père Thibaud de La Serre, votre curé.

 

Comment bâtir un projet pastoral (recommandations de notre évêque)
Avoir des projets, c’est le signe d’une vitalité. Le projet pastoral correspond à l’action
pastorale (avec des finances, des acteurs, des réalisations visibles). C’est un outil pour l’action. On parle d’élaborer un projet pastoral, de conduire un projet pastoral.
Acteurs de la pastorale, quels sont nos projets ? Commencer par en faire l’inventaire. Ils sontde différents types et ils concernent les trois missions de la paroisse : annonce, liturgie, service de l’humain, par exemple : projet d’aménagement d’un local pour le Secours Catholique, projet d’une fête paroissiale, projet de formation en direction des 25-40 ans, projet de réorganisation des relais de la paroisse, projet de création d’un bulletin de doyenné, projet pastoral dans un établissement scolaire, etc...


Être responsable dans l’Église


Dans l’Église, on prend des responsabilités, mais surtout on les reçoit. Réponse à un appel.
Le mot responsabilité vient d’un verbe latin (respondeo), qui signifie répondre, avec une idée de réciprocité (on répond à quelqu’un). C’est répondre: présent ! Me voici ! Souvent on se défausse : je ne suis pas capable (cf les récits de vocations dans la Bible). Attitude spirituelle de ­disponibilité, d’accueil de l’imprévu. Se demander personnellement et en petit groupe (un conseil, une équipe éducative, un mouvement) : quels sont les appels que j’entends ? Qui m’appelle ? Comment y répondre ?
Pour mener un projet pastoral, avec la responsabilité qui est la nôtre, nécessité d’avoir du
répondant. Derrière le mot responsabilité, il y a l’idée de soutien, de sponsorisation, de parrainage.
L’institution soutiendra-t-elle le projet ? Avoir du répondant, c’est aussi faire preuve de réalisme.
Le projet pastoral prendra du temps, des énergies. D’où l’idée de poids, de charge qui ­sous-tend le mot responsabilité. À la fois, c’est consistant, ce n’est pas rien et en même temps, la conséquence est le risque d’épuisement, de lassitude. Mener à bien un projet, c’est rassembler des énergies, refuser l’éparpillement.
Enfin, dans les responsabilités que je prends pour conduire le projet, il y a la notion de
contrat, de promesse. J’aurai à rendre compte de ce que j’ai réalisé, je devrai accepter des remises en cause, une évaluation.


Cinq étapes dans la conduite d’un projet pastoral


La perception des besoins
Avant de se lancer dans un projet pastoral, il faut donc analyser une situation et voir si
d’autres partagent cette analyse.
Quand on essaie de déterminer les besoins, il faut veiller à ne pas confondre efficacité et
fécondité. On met l’accent sur le comment, sur l’organisation, les structures et on oublie parfois le pourquoi.
Au cours de cette première étape, important d’avoir un langage positif et réaliste, une visée
claire, des arguments précis.
Définition du projet
Définir un projet, c’est fixer un objectif clair. Trop haut, il démobilise et risque de ­s’enliser.
Plus modeste et concret, il est mieux supporté. En quelques mois, il prend forme sans lasser.
L’important est de ne pas confondre finalités et objectifs précis. Au début des Actes, il est ­question de ­témoigner de la Bonne Nouvelle jusqu’aux extrémités de la terre. C’est une belle finalité, mais immédiatement arrivent les questions concrètes ! Comment faire, en particulier avec ceux qui ne sont pas de culture juive ?
Donner un titre à un projet facilite le consensus et oblige à préciser les motivations. Faire
une enquête peut s’avérer utile.
Arrive le moment où l’on prévoit les moments de la réalisation. Avoir un échéancier est
mobilisateur.

 

Négociation et décision


Dans la pastorale, la décision est de la compétence de celui qui a la charge pastorale : le curé, les ­ prêtres nommés, l’équipe animatrice ayant reçu lettre de mission. Dans le diocèse, c’est l’évêque qui ­promulgue les lois et les décrets d’application de ces lois, les orientations.
La première difficulté, c’est d’expliquer le projet à des gens qui ne l’ont pas conçu. Comment informer toute la communauté ?
Le projet suppose une recherche d’alliés, de sympathisants. Pour cela il faut justifier le progrès espéré, le changement souhaité. Bien montrer que c’est pour le bien de tous.
Au cours de cette étape, il s’agit d’accueillir les critiques et objections sans abandonner le projet. Il est nécessaire d’obtenir un accord global pour pouvoir démarrer. L’échec est toujours à prévoir mais il est indispensable de croire au succès et de prier.
En toutes circonstances, il ne faut pas oublier l’écoute de l’Esprit. Qu’est ce que l’Esprit dit à notre Église ?


Mise en œuvre


         Trois moments importants, dans cette mise en œuvre :       
        - informer (dans le bulletin, la radio, ou dans une rencontre) ;       
      - vivre une action de lancement (au cours d’une liturgie, par exemple, ou au cours d’une  fête paroissiale) ;       
    - à chaque étape, vérifier si le projet se réalise vraiment, réajuster si nécessaire, souligner les acquis, les avancées, contourner les obstacles imprévus. Dans les Actes, les apôtres reviennent rendre compte de leur mission.


Évaluation finale


Ce qui est très profitable, c’est la relecture de ce qui a été vécu. Les éléments objectifs et les éléments subjectifs (j’ai aimé, je n’ai pas aimé) sont à distinguer. Revoir l’action menée, les objectifs de départ, les attentes permet de se dire : était-ce opportun, pertinent, faisable ?
Évaluer, c’est repérer les changements de comportement, de mentalité. Ce projet a-t-il permis un renforcement de l’identité de la commu
nauté ? En quoi ?
Au terme, la communauté qui a élaboré un projet doit se situer dans la prospective : et maintenant qu’est-ce que l’on a fait ?


A quoi sert la conduite de projets ?


À se donner des priorités
On ne peut pas tout mener de front. Le problème, c’est de hiérarchiser ce qui est à réaliser. Qu’est-ce qui prévaut ? Qu’est-ce qui est urgent ?
Tout commence donc par un cahier des charges et un échéancier.
Pour arriver à déterminer des priorités, il faut lire les orientations diocésaines.
À développer une certaine créativité, en tenant compte avec réalisme du cadre où l’on se trouve. La conduite d’un projet révèle souvent des talents insoupçonnés.
Il faut faire preuve de patience et de pédagogie. Travailler sur des changements de mentalité (par exemple : désamorcer le fatalisme, le «à quoi bon, on a déjà tout essayé, ça n’a pas marché»), cela demande du temps.
Il faut aimer se lancer des défis, risquer. Le projet pastoral a aussi pour objectif de valoriser les initiatives locales dans toutes les localités de la paroisse.
À vivre une cohésion plus grande de la communauté, voire une communion, une fraternité.
Nous sommes tous embarqués dans le même chantier. Cela peut atténuer l’esprit de chapelle, les ­courants contraires, faire dépasser des conflits.
À donner place à l’esprit de service pour le bien de tous. L’équipe qui conduit le projet fera autorité si elle allie légitimation, compétence, persuasion et influence, qualité d’être surtout.


Conclusion


Il y a nos plans, nos planifications, nos structures. Et il y a les imprévus, l’inattendu. Comment être attentif à ce qui s’élabore en marge, comment discerner « les signes des temps » ? C’est dans la relecture, à la lumière de la Parole de Dieu, que nous pouvons découvrir ce qui plaît à Dieu.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires