Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 janvier 2021 1 25 /01 /janvier /2021 09:00

 

 

 « Que nos yeux s’ouvrent ! » vraiment


Tribune 
     Jacques Faucher est prêtre et médecin, délégué diocésain au monde de la santé à Bordeaux (1). Il nous propose cette tribune à la suite de la demande des évêques d’observer quatre jours de prière et de jeûne, à l’occasion de la deuxième lecture par le Sénat de la loi relative à la bioéthique.


    • Jacques Faucher, 
    • le 15/01/2021 à 15:17 


       Pour protester contre la loi relative à la bioéthique que les sénateurs examinent en 2e lecture début février, les évêques de France demandent quatre jours de jeûne et de prière pour « Que nos yeux s’ouvrent ! » Les yeux de qui ? et sur quoi ?
Oui nous allons prier et jeûner quatre jours, pour « Que nos yeux s’ouvrent » à la grandeur et la beauté, au dévouement et l’inventivité, au pluralisme et dialogue, à l’écoute et l’accompagnement de personnes en situation complexe, de soignants et d’usagers devant des dilemmes de diagnostic anténatal grave, de possibilités d’Interruption médicale de grossesse, de recours à des assistances médicales à la procréation, d’arrêt de traitement, de fins de vie difficiles.


→ LES FAITS. Loi de bioéthique : l’Église catholique appelle à quatre journées de jeûne et de prière


      Oui nous allons prier et jeûner pour que nous sortions de notre aveuglement sur le monde de la santé et de la science, sur le monde contemporain, son pluralisme, ses compétences, ses réalisations techniques, institutionnelles et financières, son souci du chemin de chacun avec d’autres, tout ce qu’il met en œuvre d’interrogation, de comité et d’espace de réflexion éthiques, de liberté et de responsabilité.
Oui nous allons prier et jeûner pour que nous sortions de notre aveuglement de ne nous adresser qu’à des groupes situés, qui ne parlent pas au nom de l’ensemble des catholiques et nous entraînent dans un clivage desservant la communion dans la société et dans l’Église entre les bons et les mauvais catholiques, ceux qui hurlent fort et ceux qui, affrontés à des questions difficiles dans leur vie et leur profession, n’auraient pour seule perspective que de se taire ou de quitter cette Église qui non seulement ne prierait pas pour eux mais les exclurait.
Oui nous allons prier et jeûner pour que nous sortions de notre aveuglement qui confisque le souffle de l’encyclique Fratelli tutti à des préoccupations bioéthiques partisanes. Voyons et écoutons que la plupart des personnes affrontées à des situations complexes ne sont pas d’abord dans l’égoïsme, l’individualisme, l’hédonisme, mais avant tout travaillées par la liberté et la responsabilité, le souci de l’autre et l’amour.


DOSSIER. L’encyclique Fratelli Tutti (Tous frères) du pape François


     Quant aux procréations médicalement ou socialement assistées, ouvrons-nous aux perspectives évangéliques de Michel Serres, bienvenues en cette année saint Joseph, centrée sur l’adoption : « Dans la Sainte Famille, celle de la crèche de Noël, s’effacent, en partie, les deux premiers liens : ceux de la vie naturelle et de la loi civile, jusqu’à s’adoucir. Voici Joseph, père adoptif ; voici Jésus, fils adoptif ; voilà enfin Marie, dont la virginité douce, au-delà de la parturition dure, naturelle, charnelle, incarnée, renouvelle la généalogie de nature et de sang ».
« Lui-même sans fils ni fille, Jésus-Christ s’écarte de la généalogie de sang et de nature ; mourant comme un hors-la-loi, il se désengage des lois politiques et civiles ; il vient même de dire, au prétoire : mon royaume n’est pas de ce monde ».
« Or, cette dernière parole, adressée à Marie et à Jean, dit la Bonne Nouvelle. Laquelle ? Voici : à compter de cette annonce, il y aura filiation ou parenté si et seulement si le père et la mère adoptent le fils ou la fille, si la fille et le fils adoptent père et mère, c’est-à-dire s’ils se choisissent les uns les autres par amour et dilection. À partir de la naissance de Jésus comme fils adoptif, à partir de sa mort où il désigne un fils adoptif et une mère adoptive, vierge, une seconde fois, de cette nouvelle maternité, l’humanité, transcendant les liens de sang et ceux de la loi, faisant bifurquer du même coup les généalogies antiques, descendra moins de la nature ou des lois que de sa propre volonté, que de sa propre liberté, de son choix et de l’amour. »


EXPLICATION. PMA, filiation, anonymat… ce que contient le projet de loi de bioéthique


        Ouvrons nos yeux ! Sortons de notre enfumage religieux d’un autre temps ! En Jean 9, il est écrit que Jésus rencontre un « aveugle de naissance ». Nous pouvons traduire : « enfumé sur ses origines », alors qu’ils sont à la sortie du Temple, tout aveuglés des fumées des sacrifices religieux. Peu à peu, l’enfumé devient clairvoyant sur les peurs et les conformismes des voisins et parents, et sur l’aveuglement des pharisiens enfumés par les débats sur la loi. Au chapitre suivant, il fait partie du peuple de ceux qui marchent en avant, qui ont la liberté d’aller et sortir de l’enclos religieux et de rejoindre un autre groupe qui ne fait pas partie du premier et qui vit déjà de la liberté de l’Esprit.
Ouvrons nos yeux sur notre Église, sur toutes les pastorales de la santé, du social, des prisons, de l’enseignement, des familles, qui chaque jour accueillent, écoutent, accompagnent les personnes en situation difficile, et découvrent que l’Évangile ne passe pas d’abord par des prises de position péremptoires et clivantes, mais par un dialogue et même une remise en question de certaines positions magistérielles au nom de l’amour du frère : Fratelli tutti !
Ouvrons les yeux ! Pleins d’hommes et de femmes mettent leur compétence et leur dévouement au service public de la santé, du social, de la vie ensemble (caissières, éboueurs, enseignants, artistes, etc.). Il ne faudrait pas que notre aveuglement empêche ceux qui marchent en avant, dans l’Église et dans le monde, de se rencontrer, de se réjouir et de construire ensemble un monde au service de tous, et d’abord des plus fragiles, Fratelli tutt
i !


(1) Conférence de Carême à Notre-Dame de Paris, le 12 mars 2006. 


 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2021 1 18 /01 /janvier /2021 08:20

 

    Voici comment participer aux quatre vendredis de prière et de jeûne proposés par les évêques de France pour "sortir d’une bioéthique aveuglée". Le projet de loi bioéthique est débattu en deuxième lecture à partir du 2 février au Sénat.

 

     Alors que l’examen en deuxième lecture du projet de loi bioéthique débute au Sénat le 2 février prochain, les évêques de France invitent à quatre vendredis de prière et de jeûne, le 15 janvier, 22 janvier, 29 janvier et 5 février,

 
 
Que nos yeux s'ouvrent !
Partager cet article
Repost0
24 mai 2020 7 24 /05 /mai /2020 06:45

 

      Michel Teytau nous communique un article édité dans la revue "Aletiea" pour nous aider dans cette période d'isolement et d'inquiétude;

la lecture du témoignage de ce prêtre engagé au service de ceux qui sont souffrants et encore plus isolés que nous devrait nous aider dans nos réflexions et nos prières.

Voici le lien pour accéder à cet article:

 

Partager cet article
Repost0
9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 11:50

 

« Nous contemplons le Christ

sous les traits d’un patient souffrant »

 

8 mai 2020

Marina Droujinina - Nouvelles du monde

 

      « Je suis de plus en plus conscient que nous contemplons le Christ sous les traits d’un patient souffrant », affirme le p. Fabio Stevenazzi, médecin et prêtre italien qui a travaillé pendant plusieurs semaines aux soins intensifs de l’hôpital de Busto Arsizio à Varese, en Lombardie, indique Avvenire.it du 7 mai 2020. À la mi-mars, il a laissé – avec la permission de l’archevêque Mario Delpini – son service à la paroisse de Santa Maria Assunta à Gallarate et s’est rendu en première ligne pour répondre à l’urgence de Covid-19, retournant à sa profession de médecin.

 

        Une expérience qui se poursuit et qui a eu un grand impact sur lui : « J’ai découvert, avec étonnement, témoigne Don Fabio, que j’étais prêtre… quand beaucoup de collègues, même des non-croyants, m’ont pris à part pour me faire des confidences personnelles, sur le sens de la vie ou sur la foi. C’étaient de véritables ‘confessions laïques’, que je chéris dans mon cœur avec émotion. »

 

      Le père Fabio garde en mémoire les histoires de nombreux malades, surtout dans les premières semaines de l’épidémie: « Je les ai vus effrayés et plongés dans l’ennui de journées toujours pareilles, rythmées seulement par les alarmes des équipements et les bruits des aspirateurs. … De temps en temps, la vue de l’aggravation ou de la mort de leur compagnon les secouait. »

 

       Tous les jours, le père Fabio essaie de maintenir ensemble ses deux vocations, de prêtre et de médecin, en restant au service de l’homme: « La plupart du temps, les patients ne savent même pas que je suis prêtre et ils ne peuvent certainement pas me distinguer des autres soignants, comme nous venons tous habillés en ‘combinaisons de plongée’, raconte le prêtre. J’ai prié une fois avec un patient mourant que j’ai ensuite absous. Je ne sais pas s’il était au courant que j’étais prêtre: il ne pouvait pas m’entendre, assourdi par le casque CPAP. J’ai également administré le sacrement de l’onction à des personnes sous sédation ou mourantes. »

 

       La Semaine Sainte, y compris le jour de la Résurrection, a été la plus difficile à l’hôpital : « Le matin de Pâques, raconte le p. Fabio, je suis passé devant les hublots des chambres des patients avec l’étole blanche et j’ai béni tout le monde, en distribuant une petite image avec le Ressuscité. Je pense que c’était un réconfort pour beaucoup. »

 

        Aujourd’hui, la situation s’est quelque peu améliorée, témoigne le prêtre: « Je vois des visages plus détendus et sereins, mais même parmi nous médecins, il y a beaucoup de questions et nous n’avons pas toutes les réponses sur l’évolution de la maladie. »

 

         La fatigue physique est considérable, conjuguée au fait qu’à la fin du temps de travail, la vie continue en isolement, dans sa chambre du presbytère, sans voir ni rencontrer personne pour ne pas propager de contagion. « Je célèbre l’Eucharistie et prie dans mon salon, tout seul en ermite, dit le prêtre. Pendant mon temps libre, je lis un peu, je regarde la télévision pour me détendre, puis j’essaie de dormir. »

 

       Le père Fabio Stevenazzi continue son travail à l’hôpital même s’il est revenu pour s’occuper de certains aspects de la vie de la communauté pastorale de San Cristoforo à Gallarate.

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 19:36

 

      Curé de la paroisse saint Ambroise à Paris, le père Augustin Deneck a eu l’idée audacieuse de mettre en scène un passage de l’Évangile selon saint Luc… en rappant ! Une façon bien à lui de commencer sa journée sur une bonne note, et de « rejoindre les paroissiens » confinés. 

 

        Des paires de chaussettes en guise de marionnettes, quelques percussions, et un peu de folie : c’est tout ce qu’il a fallu au père Augustin Deneck, curé de la paroisse saint Ambroise, à Paris, pour expliquer à ses paroissiens les trois guérisons miraculeuses dans l’Évangile selon saint Luc. (Lc, 5,17). Tout est parti d’une discussion avec le diacre permanent de la paroisse, sa famille de quatre enfants, et la responsable de l’aumônerie. « Depuis le début du confinement, nous avons l’habitude de diffuser sur la chaîne Youtube de la paroisse des épisodes de notre marionnette ‘Monsieur chaussette’, pour expliquer aux enfants du caté comment vivre cette période », commente-t-il à Aleteia.

Partager cet article
Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 13:16

                                                                                             Le vendredi 1er mai 2020
Chers tous,
En ce début du mois de Marie voici le magnificat du Covid-19
C'est une de mes nièces qui est à l'initiative de ça elle a voulu montrer que la maladie a touché le monde entier et qu'il faut demander à Marie de nous aider dans cette épreuve.
Elle a réuni une chorale italienne, une chorale chinoise et des français pour chanter ce magnificat magnifique
Écouter le, c'est splendide, même si vous ne croyez pas
Faites circuler
Merci pour elle car cela a demandé un travail énorme
Bon confinement à tous et a très prochainement dans un futur plus gai et plein d'espérance
Françoise


http://www.facebook.com/story.php?story_fbid=584115605540711&id=240536329898642&
scmts=scwspsdd&extid=OgjE1cXomPIzsT45

 

Descriptif du Magnificat Covid-19
« PERSONNE, QUELQUE SOIT LA PARTIE DU MONDE DANS LAQUELLE IL SE
TROUVE, NE SERA JAMAIS ABANDONNÉ PAR MARIE, NOTRE MERE ».
Et au plus profond de son âme, chacun le ressentira en entendant cette prière... Le projet "Mère je voudrais", réalisé en ITALIEN, FRANÇAIS et CHINOIS découle d’un grand cri de détresse vers Marie, parvenu de tous les confins de la terre.
« Mère, je voudrais » est un chant dans lequel chacun de nous pourra se souvenir de la force protectrice qui existait entre Marie et son Fils, dont tous deux nous partagent ici le secret. Quand je vois sur cette vidéo les images de tant de visages et de voix qui s'accordent - malgré la distance géographique, les cultures et les langues qui les séparent - avec une volonté profonde d’appartenir à Marie et de s’unir à ses sentiments, je pense que vous sentirez cette harmonie à la fois musicale et spirituelle, qui génère ici une fraternité enveloppante et lancinante qui ne sera jamais oubliée. Le souffle du chant devient alors bénédiction : que ce soit celle de l'Ange lors de l'Annonciation ou de la Nativité, ou qu'elle  fasse écho à la Croix et à la mort. Marie connaît bien le point de rencontre de ces deux mystères : alors soyons sûrs que personne, quel
que soit la partie du monde dans laquelle il se trouve, ne sera jamais abandonné par Marie, notre Mère. Et au plus profond de son âme, chacun le ressentira en entendant cette prière...


Mgr Pierangelo Sequeri (compositeur)
Message traduit par Emmanuelle de Lagarde

Partager cet article
Repost0
4 mai 2020 1 04 /05 /mai /2020 13:05
GIANADDA, "Tenons le coup, nous resterons debout !"

 Publié dans #Informations, #CONFINEMENT

https://www.youtube.com/watch?v=zt7y71_Bvvg

 

Partager cet article
Repost0
2 mai 2020 6 02 /05 /mai /2020 06:43

 

Sortons de nos confinements intérieurs !

Au moment de quitter les Apôtres pour rejoindre son Père, Jésus leur promet qu’il ne les abandonnera pas :

« Et moi, je serai avec vous tous les jours , jusqu’à la fin du monde » (Mathieu 28,20)

Mais , privés de sa présence physique, les Apôtres sont vite envahis par le doute et la crainte.

Confrontés à une ville hostile,ils se réfugient au Cénacle après en avoir verrouillé les portes et y restent confinés plusieurs semaines,apeurés et désorientés , ….. jusqu’à la Pentecôte :

Jésus , fidèle à sa promesse, leur envoie l’Esprit Saint qui ,se jouant des verrous , va changer leur cœur . Libérés de la peur qui les paralysait et emplis d’une force nouvelle, les Apôtres sortent et vont devenir pour le monde entier les témoins du Christ ressuscité.

 

Au moment où j’écris , nous nous trouvons dans cette même période qui précède la Pentecôte.

Nous sommes nous aussi pour la plupart confinés , attendant dans l’angoisse que la menace passe.

Les passants croisés lors de nos rares sorties nous semblent des dangers en puissance.

Stoppés net dans notre course insensée , nous ne savons plus que faire et que penser.

Comme les Apôtres enfermés à double tour au Cénacle, nous aurions grand besoin de l’Esprit Saint pour faire sauter nos verrous intérieurs !

 

Mais où est il donc, cet Esprit Saint dont on dit « qu’Il est le don mystérieux de Dieu qui rend fort dans l’épreuve, libère du doute, rend joyeux et confiant » ?

 

Sans doute, dans le brouhaha de nos vies jusque là très agitées , tellement sûrs de notre autosuffisance , nous l’avons  un peu « perdu de vue ». ..

Mais depuis que le silence et le vide se sont emparés de nos vies, nos certitudes se fissurent , nous ressentons à quel point nous sommes vulnérables et avons besoin de sa force .

 

Esprit Saint , viens à notre secours !

 

- Envoie ton souffle bienfaisant sur chacun d’entre nous :

Qu’il nous donne la force de surmonter les difficultés présentes et à venir , en gardant confiance et espérance.

Qu’il nous donne le courage de réorienter notre vie en nous décentrant de nous même. Plutôt que de nous apitoyer sur notre propre sort , réapprenons le sens de prendre soin : prendre soin de nos frères proches et lointains , prendre soin de la nature, ce don inestimable de notre Créateur.

 

Comme nous y invite le Pape François, que ce temps d’épreuve nous fasse prendre conscience « de ce qui importe et de ce qui passe, de ce qui est nécessaire et de ce qui ne l’est pas »

 

- Souffle aussi sur nos communautés chrétiennes : donne leur le courage de quitter le refuge sécurisant de leurs habitudes pour aller au large , regonfler leurs voiles d’un nouveau dynamisme , et être , comme les Apôtres , les témoins véritables du Christ ressuscité.

 

- Souffle enfin sur les dirigeants de ce monde : envoie leur tes dons de sagesse et discernement, pour qu’ils mettent de coté toute soif de puissance et travaillent collectivement au bien commun de notre humanité, dans un souci de justice et de paix.

 

Et que tous ensemble, dés la fin de ce « satané confinement », nous puissions nous retrouver pour t’invoquer d’une seule voix :

 

« Viens Esprit Saint , change notre cœur et renouvelle la face de la Terre ! »

                                                                                                           M.C.D.

Partager cet article
Repost0
29 avril 2020 3 29 /04 /avril /2020 19:52

 

Partager cet article
Repost0
28 avril 2020 2 28 /04 /avril /2020 12:08

 

 

 

Lors de l’audience générale de ce mercredi 22 avril 2020, depuis la bibliothèque du Palais apostolique, le Pape François a évoqué la 50e Journée Mondiale de la Terre. Situant sa réflexion dans la lignée de "Laudato Si’", il l’a présentée comme une «opportunité pour renouveler notre engagement à aimer notre maison commune et à en prendre soin».

«Comme la tragique pandémie de coronavirus est en train de nous le démontrer, c’est seulement ensemble et en prenant en charge les plus fragiles que nous pourrons vaincre les défis globaux», a expliqué le Pape François. Il a donc invité à s’engager dans le soin de la maison commune, l’être humain étant à la fois fait de «matière terrestre», dépendant des fruits de la terre, et portant un «souffle vital qui vient de Dieu».

Apportant son soutien aux mouvements de défense de l’environnement, le Pape remarque que la dégradation de la nature a atteint un niveau qui met en péril la survie de l’être humain. La crise actuelle a donc aussi une dimension spirituelle. «Nous avons péché contre la terre, contre notre prochain, et en définitive contre le Créateur, le Père bon qui fournit ce qu’il faut pour chacun et qui veut que nous vivions ensemble en communion et prospérité». «Dieu pardonne toujours, nous les hommes nous pardonnons parfois, mais la Terre ne pardonne jamais», a remarqué le Pape en citant un dicton espagnol.

Retrouver l’harmonie

L’enjeu pour chaque personne est donc de retrouver une relation harmonieuse avec son prochain, et avec toute la Création. Si nous «avons ruiné l’œuvre du Seigneur» en exploitant les ressources de la Terre à un rythme effréné, «nous sommes appelés à retrouver le sens du respect sacré pour la terre, parce qu’elle n’est pas seulement notre maison, mais aussi la maison de Dieu».

Le défi spirituel est de réveiller «le sens esthétique et contemplatif que Dieu a placé en nous», a expliqué François en reprenant les termes de l’exhortation apostolique Querida Amazonia. La conversion écologique doit également se concrétiser dans un sens politique, et le Pape a rappelé l’importance de deux évènements programmés dans les prochains mois: la COP15 de Kunming en Chine, sur la biodiversité, et la COP26 de Glasgow, en Écosse, sur le changement climatique. Mais au niveau international comme sur le plan national et local, la concertation est essentielle, et la transformation écologique doit partir du bas, d’un mouvement populaire, et non pas être imposée d’en haut.

«En ce temps pascal de renouveau, engageons-nous à aimer et apprécier le magnifique don de la terre, notre maison commune, et à prendre soin de tous les membres de la famille humaine. Comme frères et sœurs que nous sommes, supplions ensemble notre Père céleste : “Envoie-sur nous ton Esprit et renouvelle la face de la terre”», a conclu le Pape en citant le Psaume 104.

 

Partager cet article
Repost0