Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 21:40
Je continuerai

Voici un des textes  médité, lors de la soirée de prière et de    recueillement pour les victimes de l'attentat de Paris 

 

« Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.
Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.
Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.
Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.
Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.
Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.
Et je continuerai à crier, même si les autres se taisent.
Et je dessinerai des sourires sur des visages en larmes.
Et j’apporterai le soulagement, quand on verra la douleur.
Et j’offrirai des motifs de joie là où il n’y a que tristesse.
J’inviterai à marcher celui qui a décidé de s’arrêter…
Et je tendrai les bras à ceux qui se sentent épuisés. »


(Abbé Pierre)  Publié le 19 novembre 2015 par Paroisse de Colomiers

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 15:33

        Le texte d'Antoine Leiris ne laisse personne insensible... Il a perdu sa femme Hélène âgée de 35 ans dans les attentats au Bataclan... Si cette perte est une immense tristesse pour lui, il ne compte pas baisser les bras et a livré sur Facebook en texte poignant dans lequel il s'adresse aux terroristes avec une force incroyable. Hélène laisse derrière elle un mari triste mais courageux et un fils...de 17 mois que grandira sans sa maman mais dont le papa si fort et si déterminé saura s'occuper de lui et le faire devenir un être exceptionnel, libre et fier de son pays.

 

Le texte d'Antoine Leiris
Partager cet article
Repost0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 21:29

Le pape François dit avoir « peur des prêtres trop    rigides, ils mordent »

 

Il s’exprimait devant les participants à la conférence organisée par la Congrégation pour le Clergé à l’occasion du 50e anniversaire des décrets conciliaire Optatam Totius et Presbyterorum ordinis sur le ministère et la formation des prêtres.
20/11/15 - 17 H 22

/AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO

/AFP PHOTO / ANDREAS SOLARO

Le pape s’adresse à la foule réunie pour l’audience générale hebdomadaire, place Saint-Pierre, Vatican, 18 novembre 2015.
Avec cet article

 

Le pape exhorte les prêtres à se détacher des biens matériels

 

« Je vais vous dire sincèrement : moi, j’ai peur des prêtres rigides! Je m’en éloigne (...) Ils mordent », a lancé le pape François dans une boutade vendredi 20 novembre.

 

Les prêtres ne doivent pas faire payer aux fidèles leur « névrose » ou leur « rigidité », a-t-il dit encore, invitant à la prudence face à la vocation sacerdotale de certains séminaristes « instables »

 

Il s’exprimait devant les participants à la conférence organisée par la Congrégation pour le Clergé à l’occasion du 50e anniversaire des décrets conciliaire Optatam Totius et Presbyterorum ordinis sur le ministère et la formation des prêtres.
Ses anecdotes ont plusieurs fois suscité l’hilarité de son auditoire.
 

« Psychiquement instable »

 

La principale « mission » d’un séminaire est de « chercher la santé spirituelle », mais aussi « physique, psychique » des candidats au sacerdoce. « Il y a souvent des jeunes qui ne sont pas conscients d’être psychiquement instables » et qui « cherchent des structures fortes qui les soutiennent ». Ces structures peuvent être pour certains « la police, l’armée », mais pour d’autres, « le clergé », a-t-il remarqué, regrettant que « beaucoup de maladies ressortent » plus tard.

« Quand un jeune est trop rigide, trop fondamentaliste, moi, je n’ai pas confiance, a-t-il insisté. Derrière, il y a quelque-chose que lui-même ne sait pas. Gardez les yeux ouverts! », a-t-il recommandé.

Les critiques à répétition du pape contre les prêtres rigides ou mondains sont appréciées de certains, mais vécues difficilement par d’autres qui s'estiment injustement jugés.
(avec AFP)
 

Le pape exhorte les prêtres à se détacher des biens matériels
20/11/15 - 17 H 22

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 21:07

Pour le cardinal Barbarin, l’annulation de la Fête des lumières est « raisonnable »


Lors d’une conférence de presse, le maire et le préfet de Lyon ont annoncé jeudi 19 novembre 2015 que la Fête des Lumières, célébrée chaque année le 8 décembre, ne pourrait se dérouler pour des raisons de sécurité.
19/11/15 - 17 H 06

Annulation de la Fête des lumières

La fête des lumières à Lyon (ici le 8 décembre 2014) n’aura pas lieu cette année.
Avec cet article


Le diocèse de Lyon délocalise la fête des lumières en Irak


Lors d’une conférence de presse, le maire et le préfet de Lyon ont annoncé jeudi 19 novembre 2015 que la Fête des Lumières ne pourrait se dérouler comme à l’habitude pour des raisons de sécurité.


« C’est une décision que nous devinons mûrement réfléchie et difficile à prendre. Il s’agit certainement d’un choix prudent, raisonnable et sage », a réagi dans la foulée le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, dans un communiqué diffusé par le diocèse.
« Nous regretterons l’absence de ces illuminations dont le caractère populaire n’avait pas
effacé les origines et dont le succès avait même enrichi la tradition », écrit-il aussi.


Ferveur spéciale


En ce 8 décembre 2015, le cardinal Barbarin appelle donc les catholiques du diocèse à « célébrer la fête de l’Immaculée Conception avec une ferveur spéciale, en priant pour la paix et en invoquant la Miséricorde de Dieu sur notre pays et sur notre ville », et à se mobiliser pour la diffusion des « milliers de lumignons » prévus par la municipalité.
« Nous prierons la Vierge pour qu’elle nous épargne des lèpres modernes de l’idéologie, de la peur et de la guerre », souligne-t-il.


Les messes prévues le 8 décembre sont maintenues, sauf avis contraire des services de sécurité. Les curés des paroisses concernées se rencontreront prochainement pour savoir ce qu’il est possible de maintenir ou de proposer, étant donné l’état d’urgence.


Le ciment de notre société


Malgré la baisse probable d’affluence, les « missionnaires du 8 » sont invités « à rester disponibles à ceux qui viendront découvrir nos églises et à redoubler dans leurs efforts de prière ».
« Quant aux processions du 8 décembre, nous espérons qu’elles pourront avoir lieu, mais nous attendons l’autorisation des services de police. Quelle que soit leur décision, nous suivrons leurs conseils », conclut l’archevêque de Lyon, disant son souhait que cette journée « reste une fête et nous donne de redécouvrir ce qui fait le ciment de notre société ».


A-B.H.


Le diocèse de Lyon délocalise la fête des lumières en Irak
19/11/15 - 17 H 06

 

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2015 1 23 /11 /novembre /2015 20:53
COP21- La conférence Mondiale sur le climat,30 nov-11déc 2015

La COP21, qu'est-ce que c'est ?

La COP21, également appelée Conférence Paris Climat 2015, constitue la 21e Conférence des parties (COP) de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Elle se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015 au Bourget (Seine-Saint-Denis). Elle va rassembler des représentants de 195 pays pour négocier en vue d’un accord ambitieux sur le climat.

L’enjeu est de limiter la hausse du réchauffement climatique à 2° alors que les modes de vie, de production et de consommation actuels le ferait grimper de 4 à 5°.

40.000 participants du monde politique et de la société civile vont porter leur voix.

Les deux spécificités de cette COP

  • Elle inclut les gouvernements de tous les pays, du Nord comme du Sud, développés comme émergents ou en voie de développement;
  • Elle reconnaît l’importance de la mobilisation de la société civile pour initier un mouvement positif.

La voix des responsables religieux et des croyants est, en ce sens, essentielle pour porter des valeurs d’universalité de la famille humaine et de solidarité vis-à-vis des personnes impactées par les effets du changement climatique.

Repères historiques

1992 : Sommet de la Terre à Rio (Brésil). La communauté internationale s’engage sur le sujet climatique avec l’adoption d’une Convention climat et définit en son sein un principe de précaution, un principe de droit au développement et le principe des responsabilités communes mais différenciées selon les pays.

1997 : Protocole de Kyoto (Japon) sur les changements climatiques. 156 chefs d’Etat se fixent des objectifs de réduction ou limitation de leurs émissions de gaz à effet de serre. En 2005, il entre en vigueur après la ratification de 55 pays seulement.

Mars 2013 : Messe d’inauguration du pontificat du Pape François. Il lance un appel à être « gardiens de la création, du dessein de Dieu inscrit dans la nature, gardiens de l’autre, de l’environnement ».

18 juin 2015 : Parution de l’encyclique du Pape François sur l’écologie humaine : Laudato Si.

Repères chiffrés

Selon le Conseil norvégien pour les réfugiés, le monde enregistre 3 fois plus de personnes déplacées pour des raisons climatiques que pour des raisons de conflits armés.

Le programme des Nations Unies estime qu’il y aura 50 millions de réfugiés climatiques en Afrique en 2060.

Si la Terre entière vivait comme la France, 2,5 planètes Terre seraient nécessaires pour les 7 milliards de terriens. Si les 7 milliards d’habitants vivaient comme l’on vit actuellement au Bangladesh, Inde et Ouganda, 1 seule Terre serait suffisante en ressources pour tous ses habitants. La palme revient aux Etats-Unis, avec 4,1 planètes Terre nécessaires et plus de 5 pour les Emirats arabes unis.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 15:18

    Désarme-les : déjà on s’habituait à ce que cette violence extrême soit le sinistre pain quotidien de l’Irak, de la Syrie, de la Palestine, de la Centrafrique, du Soudan, de l’Érythrée, de l’Afghanistan. Elle nous gagne à présent. Qui ne voit qu’elle pourrait en retour susciter chez nous des violences sans fin ou une progressive tombée dans la peur ou le désespoir ?

    Désarme-les : que surgissent parmi eux aussi des prophètes, des prophètes qui leur crient leur indignation, leur honte de voir à ce point défigurées l’image de l’Homme, l’image de Dieu, et leur conviction qu’agissant ainsi ils creusent définitivement leur propre tombe.

   Désarme-les, en nous donnant, s’il le faut, puisqu’il le faut, de prendre les moyens de protéger des innocents, avec détermination. Mais sans haine.

   Désarme-nous aussi : en France, en Occident, sans justifier bien-sûr un tel déchaînement de vengeance, l’Histoire explique bien des choses. Donne-nous, Seigneur, de savoir écouter des prophètes guidés par ton Esprit. Que nous ne désespérions jamais de chercher à comprendre, même si nous restons confondus par l’ampleur du mal en ce monde.

  Désarme-nous : garde-nous de nous crisper derrière des portes closes, derrière des mémoires sourdes et aveugles, derrière des privilèges que nous ne voudrions pas partager.

  Désarme-nous, à l’image de ton Fils adorable. Dont la logique intérieure est la seule qui puisse être à la hauteur des événements qui nous frappent : « On ne prend pas ma vie, c’est moi qui la donne ».

   Prière pour la paix dans l’esprit de Thibirine, rédigée par frère Dominique Motte, du Couvent des Dominicains de Lille, suite aux attentats de Paris (13 novembre 2015). 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 00:19
Le mal n'aura pas le dernier mot

      " Dans sa capitale, notre pays a été touché par une série d’attentats d’une barbarie inégalée. Avec les catholiques de France, j’exprime ma profonde douleur devant cette extrême violence qui a retiré la vie à tant de personnes et blessé tant d’autres.

      Mes pensées et mes prières vont aux victimes, à leurs proches, aux forces de l’ordre, aux soignants et à nos gouvernants sur lesquels pèse une lourde responsabilité. En ces heures difficiles nous leur faisons confiance.

     J’invite les catholiques de France, ce dimanche tout spécialement, par leur prière, leurs paroles et leurs actes à être artisans de paix, d’unité et témoins de l’Espérance.

Nous le savons, le mal n’aura pas le dernier mot. "

                                                       Mgr Georges Pontier
                                                       Président de la Conférence des évêques de France

 

    " (...) Face à la violence des hommes, puissions-nous recevoir la grâce d’un cœur ferme et sans haine.
     Que la modération, la tempérance et la maîtrise dont tous ont fait preuve jusqu’à présent se confirment dans les semaines et les mois qui viennent ; que personne ne se laisse aller à l’affolement ou à la haine.
    Demandons la grâce d’être des artisans de paix. Nous ne devons jamais désespérer de la paix, si on construit la justice.


                                                      Cardinal André Vingt-Trois,
                                                      archevêque de Paris

Le mal n'aura pas le dernier mot
Bougies devant le Bataclan /PASCAL ROSSIGNOL/REUTERS

Bougies devant le Bataclan /PASCAL ROSSIGNOL/REUTERS

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2015 6 14 /11 /novembre /2015 10:58

         

          Suite  aux  événements qui ont ensanglanté notre pays à Paris, l'Eglise Catholique St Joseph de Villeneuve, tient à manifester sa profonde émotion et sa compassion envers toutes les victimes et les familles.

         Elle souhaite également que les chrétiens évitent de tomber dans l'amalgame facile quant aux fidèles du culte musulman.

           Dimanche, de 12h30  à 12h35, les cloches de toutes les églises de la paroisse St Joseph de Villeneuve sonneront à la volée pour nous associer au deuil national. Cela concerne toutes les églises de Villeneuve, La Sauvetat sur Lède, Le Lédat, Bias, Pujols et Ste Colombe.

                                                                                

                                                                                    + Père Richard, curé

                                                                                  

                                  

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2015 7 08 /11 /novembre /2015 22:41
MISSEL des dimanches 2016
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 19:53

    L’Evangile (Mc 9, 30-37) nous présente Jésus posant une question apparemment indiscrète à ses disciples : «De quoi discutiez-vous en chemin ?» (Mc 9, 33) Une question qu’il pourrait nous poser aujourd’hui à nous aussi : De quoi parlez-vous chaque jour ? Quelles sont vos aspirations ? «Ils se taisaient, dit l’Evangile, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand.» Les disciples avaient honte de dire à Jésus ce dont ils parlaient. Chez les disciples d’hier, comme en nous aujourd’hui, peut se retrouver la même discussion : Qui est le plus important ? (…)

 

    Qui est le plus important ? Une question qui nous accompagnera tout au long de la vie et, à ses différentes étapes, nous serons confrontés au défi d’y répondre. Nous ne pouvons pas échapper à cette question gravée dans le cœur. Je me rappelle avoir entendu plus d’une fois, au cours de réunions de famille, demander aux enfants : qui aimes-tu le plus ? papa ou maman ? C’est comme vous demander : qui est le plus important pour vous ? Cette question est-elle seulement un simple jeu d’enfants ? L’histoire de l’humanité a été marquée par la manière de répondre à cette question. (…)

    Qui est le plus important ? Jésus est simple dans sa réponse : «Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous.» Si quelqu’un veut être grand, qu’il serve, qu’il ne se serve pas.

    Voilà le grand paradoxe de Jésus. Les disciples discutaient de celui qui occuperait la place la  plus importante, celui qui serait choisi comme le privilégié, qui serait exempté de la loi commune, de la norme générale, pour se faire remarquer dans une soif de supériorité sur les autres. Celui qui gravirait les échelons le plus rapidement pour occuper les charges qui confèreraient certains avantages. Jésus perturbe leur logique en leur disant simplement que la vie authentique se vit à travers l’engage-ment concret pour le prochain.

  L’invitation au service possède une particularité à laquelle nous devons être attentifs. Servir signifie, en grande partie, prendre soin de la fragilité. Prendre soin des membres fragiles de nos familles, de notre société, de notre peuple. Ce sont les visages souffrants, les personnes sans protection et angoissées que Jésus propose de regarder et invite concrètement à aimer. Amour qui se transforme en actions et en décisions. Amour qui se manifeste à travers les diverses tâches qu’en tant que citoyens, nous sommes invités à accomplir. Les personnes en chair et en os, avec leur vie, leur histoire et spécialement leur fragilité, sont celles que nous sommes invités par Jésus à défendre, à protéger, à servir. En effet, être chrétien implique servir la dignité de vos frères, lutter pour la dignité de vos frères et vivre pour la dignité de vos frères. C’est pourquoi le chrétien est toujours invité à laisser de côté, ses aspirations, ses envies, ses désirs de toute-puissance, en voyant concrètement les plus fragiles.

 

   Il y a un «service qui sert les autres» ; mais nous devons nous prémunir contre l’autre service, contre la tentation du «service» qui «se » sert des autres. Il y a une façon d’exercer le service qui vise comme intérêt le bénéfice des «miens», au nom de ce qui est «nôtre». Ce service laisse toujours les «tiens» dehors, en générant une dynamique d’exclusion.

   Nous sommes tous appelés par vocation chrétienne au service qui sert et à nous aider mutuellement à ne pas tomber dans les tentations du «service qui se sert». Nous sommes tous invités, stimulés par Jésus, à nous prendre en charge les uns les autres par amour. Et cela, sans regarder de côté pour voir ce que le voisin fait ou a manqué de faire. (…)

   Cette prise en charge mutuelle par amour ne vise pas à asservir, au contraire, elle met le frère au centre de la question : le service vise toujours le visage du frère, il touche sa chair, il sent sa proximité et même dans certains cas, la «souffre» et cherche sa promotion. Voilà pourquoi le service n’est jamais idéologique, puisqu’il ne sert pas les idées, mais les personnes. (…)

 

   N’oublions pas la Bonne Nouvelle d’aujourd’hui : l’importance d’un peuple, d’une nation, l’importance d’une personne se fonde toujours sur la façon dont elle sert la fragilité de ses frères. Et en cela, nous trouvons l’un des fruits d’une vraie humanité.

 

   Car, chers frères et soeurs, la vie de celui qui ne vit pas pour servir ne vaut pas la peine d’être vécue.

 

 Extrait de l'homélie du Pape François

Place de la Révolution, La Havane, Cuba

        Dimanche 20 septembre 2015

Partager cet article
Repost0