Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2019 4 03 /01 /janvier /2019 14:04
           Dimanche 16 décembre, la fresque de l’Apocalypse, réalisée par l’artiste lot-et-garonnais François Peltier, a été dévoilée, puis bénie par le cardinal Ricard, archevêque de Bordeaux, en présence de Mgr Hubert Herbreteau, évêque d’Agen.

             Une œuvre monumentale longue de 38,5 m et haute de 5 m, visible jusqu’au 31 juillet 2021 dans le cloître de l’église collégiale de Saint-Émilion.

 

Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi
Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi

Photos journal Sud Ouest du 17/12/2018 - © Linda Douifi

L’Apocalypse de François Peltier se veut lumineuse à l’image du texte de l’Apocalypse qui, contrairement à ce que l’on pourrait croire, est un texte d’espérance (et non de fin du monde).

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 21:17

 

 

Le pape François a convoqué une nouvelle assemblée générale du Synode des évêques sur le thème de « la jeunesse, la foi et le discernement vocationnel, du 3 au 28 octobre 2018, à Rome.
En savoir plus

Pour connaitre les évènements à venir sur notre paroisse: CLIC ICI !

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 21:10

Comme chaque année, du 15 octobre au 30 novembre, le CCFD-Terre Solidaire (comité catholique contre  la  faim  et  pour  le  développement)  participe à  la  campagne  nationale  «  Alimenterre » coordonnée  par  le  réseau  d'acteurs  aquitains  pour  la  solidarité  internationale  (Radsi).  Il  s'agit d'informer public et scolaires aux causes de la faim dans le monde à l'organisation des circuits de production  et  de  distribution  et  de  sensibiliser  chacun  à  sa  possibilité  d'agir  par  ses  choix  de consommation.

 

Différentes séances sont organisées les jeudis à 20 h 30 :

·  Cinéma  Confluent  d'Aiguillon  jeudi  8  novembre  20  h  30  autour  de  la  filière  tomate  en présence d'intervenants locaux.

·  Cinéma Plaza à Marmande le jeudi 15 novembre 20 h 30 autour du mil, en présence d'une  partenaire malienne.

·  Cinéma l'Odyssée à Casteljaloux le jeudi 29 novembre 20 h 30 expérience positive dans le

monde « le champ des possibles »

 

Les  séances  dans  différents  établissements  scolaires  publics  et  privés  sont  à  ce  jour  en  cours d'organisation, à partir de courts métrages, jeux solidaires, goûters équitables.

 

 

 Emmanuelle Guibert,

présidente du ccfd terre solidaire diocésain

 

Contacts

 

Présidente CCFD 47 : Emmanuelle Guibert   

Tél : 06.98.31.18.82 - courriel : emmanuelle.guibert@yahoo.fr

 

Vice-Président CCFD 47 : Jean-Paul Penon

Tél : 06.87.03.29.58 & 05.53.36.34.51 - courriel : mailto:penon.mjp@wanadoo.fr

 

Plus d’infos : 

Facebook CCFD-TERRE Solidaire Lot et Garonne : https://fr-fr.facebook.com/bougetaplanete47/

Courriel : ccfd47@ccfd-terresolidaire.org

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2018 6 06 /10 /octobre /2018 19:46
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2018 7 30 /09 /septembre /2018 20:18

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2018 4 27 /09 /septembre /2018 07:41

     

    Transmettre la bonne nouvelle aujourd'hui, la nouvelle lettre pastorale de Mgr Herbreteau

     

     

    Lire la lettre pastorale sur le site du diocèse en cliquant ici : lettre pastorale septembre 2018

     

     

    ou la télécharger au format pdf ici : lettre pastorale 09.2018.pdf

     

    Partager cet article
    Repost0
    26 septembre 2018 3 26 /09 /septembre /2018 15:43

     

    Devenir disciple de Jésus est une réponse personnelle à l’appel de Dieu

     

    Confirmation des adultes : Samedi 8 juin
    Pentecôte 2019, en la cathédrale St Caprais, AGEN


    Baptisé(e), vous avez déjà fait votre Première communion.
    En revanche, vous n’avez pas reçu le sacrement de la confirmation. Pourtant, vous demandez le baptême pour votre enfant, ou vous l’accompagnez dans la catéchèse ; vous allez à la messe le dimanche, ou vous demandez le sacrement du mariage.
    La confirmation est le sacrement du don de l’Esprit Saint que Jésus nomme défenseur. Ce sacrement rend fort pour le témoignage de la foi dans le monde. Esprit de Pentecôte, il envoie les disciples, les guide et les réconforte dans leur vie.
    Lors de Pentecôte 2019, notre évêque confirmera tous les adultes qui le désirent et qui auront suivi la préparation (cinq temps de formation et deux célébrations).

     

    Si vous souhaitez être confirmé, inscrivez-vous avant le 20 octobre 2018 auprès du 
    Service diocésain du catéchuménat
    3 rue Lamoignon 
    47240 Bon Encontre
    ou par courriel : catechumenat@diocese47.fr 
    (Indiquer nom, prénom, adresse, téléphone, courriel, date de naissance)

    Abbé Jérôme POMIÉ

    Partager cet article
    Repost0
    9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 12:25

     

    Appauvrissement de notre diocèse

     	 Triste nouvelle pour l' Annonciade
     	 Triste nouvelle pour l' Annonciade
     	 Triste nouvelle pour l' Annonciade
    Partager cet article
    Repost0
    24 août 2018 5 24 /08 /août /2018 14:07

     

    À l'occasion de la fête de la nativité de Notre Dame,

    toutes les familles sont invitées au pèlerinage diocésain à N-D d'Ambrus

    qui se déroulera le samedi 8 septembre et le dimanche 9 septembre.

     

    Partager cet article
    Repost0
    1 août 2018 3 01 /08 /août /2018 19:04

     

           Lundi 23 juillet, nous avons découvert quelques sources guérisseuses avec la Pastorale du Tourisme d’Agen. Une balade édifiante et très intéressante! 

    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...

        Nous le savons, de nombreuses sources ont des pouvoirs guérisseurs. Qui n’a pas entendu parler des eaux thermales ou de l’eau de Lourdes par exemple ! Mais combien savent que certaines sources dites « miraculeuses » se trouvent chez nous en Lot et Garonne. Sur les 40 personnes présentes, peu apparemment !

    L'eau est, en effet, dans la Bible comme dans la vie, un trésor dont on néglige peut-être l'importance, le réseau de canalisations invisibles nous ayant déconnectés d’une réalité aussi vieille que la vie. Pourtant, avec l’air et la lumière, elle est le patrimoine le plus précieux de l’humanité. Sans elle pas de vie possible. Les années de sécheresse nous en ont parfois vivement rappelé l’importance. Tellement importante, qu’elle est le symbole le plus présent de la bible où elle est citée 600 fois. Le mot « eau » viendrait d’une racine indoeuropéenne “ahwa” qui signifie « rendre manifeste, faire apparaître, mettre au jour. » qui a donné “eve, aive” et que l’on retrouve dans le mot « évier ».

    Nos ancêtres, sachant combien l’eau était la condition première de la vie, ne construisaient jamais une maison, un village, sans s’assurer qu’un puits, une source ou une fontaine pourraient satisfaire leurs besoins. D’ailleurs, les mots « fontaine » et « fondation » ont même origine, le latin “fundere”.

    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...

        Et ici à Hautefage la Tour, l’eau est partout ! Ce village, résidence des évêques d'Agen entre 1487 et 1538, doit son nom, depuis 1919, à la Tour Episcopale qui devint le symbole du village. Celle-ci peut se visiter en s’adressant à la mairie.

    L’eau, on la trouve jusque dans la célèbre tour qui abrita le réservoir du château d'eau de 1957 à 1974. Et l'église voisine est côtoyée par pas moins de trois sources et un lavoir qui, ne se sont jamais taris, même au cours des années de sécheresse. D’ailleurs, la source de l’une, visible en ouvrant la petite porte de fer forgé placée en hauteur, montre combien cette réalité est exacte !

      

    Mais celle qui nous intéresse se montre beaucoup plus discrète. Elle coule sous l'autel de l'édifice et on ne la remarquerait même pas si ce n’était une lampe qui nous indique sa présence. En se penchant, on peut là aussi se rendre compte que les niveaux sont au plus haut. L’eau n’est pas près de manquer à Hautefage !

    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
     
     

        Cette eau particulière puisque parée des plus grandes vertus, s'enfuit par la façade ouest, où elle est récupérée dans un bassin de décantation. Là, elle s'écoule paisiblement et si on lui prête toute sorte de vertus, elle se forge une réputation à la fin du XVe siècle et au XVIe siècle auprès des dames assoiffées de maternité. Des miracles y étaient fréquemment reconnus, Des processions solennelles avaient lieu tous les ans où les paroisses environnantes s’associaient volontiers.  

        A l’égal de Rocamadour, la renommée du sanctuaire d’Hautefage s’étendait très loin dans le royaume. La dévotion à la Vierge Noire assurant le retour à la fertilité, la Régente de France, Anne de Beaujeu (1460-1522), fille de Louis XI, après le décès de son fils unique, s’en remit à Notre dame d’Hautefage.  Le miracle se produisit et elle donna naissance, en mai 1491, à une fille, Suzanne de Beaujeu. Pèlerinages et donations coulèrent dès lors à flots, permettant à Hautefage-la-Tour de se doter d'un lieu de culte de toute beauté, classé depuis 1921 aux Monuments historiques. La petite statue de Notre Dame est elle aussi très discrète, placée dans une petite chapelle proche du chœur. Elle a préféré laisser les honneurs à une vierge de tendresse en bois polychrome qui trône dans la nef. Et comme abondance de bien ne nuit pas, à Hautefage, comme les sources, les statues de la Vierge sont au nombre de 3 !

     

    Nos pas nous entrainèrent ensuite à Laroque Timbaut où nous avons découvert un site enchanteur, près d’un lac, niché dans un petit vallon, celui de Saint-Germain. De sa source reconnue comme sacrée depuis le passage de Roland dans la contrée, sortent des eaux ferrugineuses connues pour leur valeur thérapeutique depuis l'antiquité.  Elle a effectivement alimenté villas et thermes de bien des riches propriétaires gallo-romains du secteur.

    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
     
     

     

     

      Monsieur Roger Séré, raconteur de pays, nous expliqua avec beaucoup de passion l'histoire de la chapelle Saint Germain à Laroque. Cette dernière fut restaurée à partir de 1968 par l'ensemble des habitants du village, quelle que soit leur appartenance politique, car pour tous ce lieu était avant tout patrimoine historique.

    Au fond de l’église, sont installés des carreaux de céramiques sur lesquels est reproduite l’histoire de ce petit coin de l’Agenais. Ils ont été confectionnés par Monsieur Séré qui révèle ainsi une autre de ses passions : la peinture.

       On y voit le « pas de Roland » que celui-ci faisait sculpter tous les 7 kilomètres soit tous les 1000 pas. Certains sont encore visibles. Notamment un en bord de route entre Laroque Timbaut et la Sauvetat de Savères. Mais aussi cette étrange confrérie des Paladins de Charlemagne, pairs qui le suivaient sur les champs de bataille et qui étaient à l'origine au nombre de 12 comme les apôtres du Christ. Car le mythe de la source miraculeuse date du 28 mai 778, quand l'armée de Roland, neveu de Charlemagne, se présente sur place, décimée par une épidémie de peste. Ayant entendu parler des vertus de cette eau, Roland promet d'élever un édifice si des guérisons ont lieu. Et le miracle s’opéra. Après la mort de Roland, Charlemagne édifiera une chapelle dédiée à Saint Germain, évêque de Paris. Une fête est encore organisée de nos jours le dernier dimanche de mai.

    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
     
     

     

     

        Puis, nous partîmes par les petites routes du Lot et Garonne, serpentant à travers la campagne vers l’Eglise Saint Martin, tapie, loin des regards, au fond du vallon de vérone. A ses pieds coule une fontaine, restaurée en 1985, appelée « Fontaine des larrons » et qui a donné son nom au village de Foulayronnes.

    Lors des nombreuses pérégrinations de Saint-Jacques-de-Compostelle, la fontaine est alors un « coupe gorge » notoire. Les « bandits de grands chemins », nombreux à l'époque, se cachent dans les trous et cavités creusés dans le tuf de la falaise voisine et détroussent les pèlerins désireux de se reposer tout en étanchant leur soif à l'eau miraculeuse de la source. Car, d’après certains documents antérieurs au XIIIème siècle, les eaux de cette source seraient miraculeuses et guériraient certaines maladies particulièrement les maladies infantiles, intestinales et du genou. Elles furent jusqu’au début du 19ème siècle, l’objet de dévotions de la part de nombreux malades et de leur famille.

    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
     
     

     

     

     

      Dans le choeur de l’église, un vitrail représentant une source, rappelle que le Christ est le début et la fin, Le mot source et résurrection ont en effet même origine, le latin sursum, surgere qui a donné surgir.

       Une bien belle après-midi, riche en enseignements et découvertes. Un moment rafraichissant, très familial comme on aimerait en voir plus souvent. Sources guérisseuses certainement mais, avant tout, source de vie. Malgré les fortes chaleurs, la végétation était abondante et l’herbe verte comme une invitation au repos et à prendre le plus grand soin d’une nature pleine de richesse mais fragile.

    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
    Sur des prés d'herbe fraîche il me fait reposer...
     
     

    Textes et photos: Ghislaine Durovray

     

    Partager cet article
    Repost0