Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 novembre 2015 1 09 /11 /novembre /2015 20:21
Portrait du mois

                      Ste Cécile

                                                            Vierge et martyre

                                                         Fête le 22 novembre

 

      Tout ce que l’on sait de cette sainte, c’est qu’elle est honorée à Rome depuis le Ve siècle comme vierge et martyre et que les Coecilii constituaient une très illustre famille romaine. Quand au récit légendaire de la Passion de Ste Cécile, il est très postérieur. Selon cette légende, Cécile, vierge romaine, prévient son mari Valérien, la nuit de ses noces, qu’un ange veille sur sa virginité et qu’il ne pourra voir cet ange avant de se faire baptiser. Valérien ayant reçu le baptême, est arrêté et supplicié en même temps que le frère de Cécile, Tiburce. Cécile, de son côté, refusant de sacrifier aux dieux, est condamnée à être brûlée dans son installation de bain. Elle échappe d’abord à la mort puis, blessée, finit par expirer.

 

      Au XVe siècle, on fait d’elle la patronne des musiciens en tirant argument d’un passage de sa Passion : «Pendant que retentissaient les instruments de musique de ses noces, elle chantait en son coeur pour le Seigneur.»

 

      Quant à la basilique Sainte-Cécile au Transtévère, longtemps supposée bâtie à

l’emplacement de la maison de Valérien, elle a pour fondatrice une Coecilia étrangère à la sainte.

 

4 autres saintes ou bienheureuses portent le nom de Cécile.

Repost 0
Published by Paroisse Saint Joseph de Villeneuve - dans Portrait
commenter cet article
19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 20:08
Portraits du mois

Saint Bond (ou Boniface)

Cet ermite parcourut la Germanie, évangélisant les païens et commençant à fonder des abbayes. Le pape Grégoire II, qui lui avait déjà donné le nom de Bonifacius (qui a bon visage) en référence à un martyr romain, le sacra évêque à Rome. Retourné en Allemagne, il multiplia les fondations de monastères avec le concours de moines et de moniales venus d'Angleterre. En 732, Grégoire III le nomma archevêque de Germanie, avec mission d'établir un réseau d'évêchés. Boniface les confia à des moines.

Dès 740, il put tenir le premier synode de Germanie. En 744, il fonda l'abbaye de Fulda, qui deviendra le centre de la vie religieuse allemande. En 747, le siège de son archevêché se fixa à Mayence. A la mort de Charles Martel, Pépin le Bref et Carloman le sollicitèrent afin d'organiser l'Église Franque. Il réunit plusieurs synodes dans ce but.

En 751, à Soissons, il sacra Pépin roi des Francs, confirmation solennelle de l'avènement de la dynastie carolingienne. Toujours dévoré d'un zèle missionnaire, il repartit évangéliser les païens Frisons (nord des Pays‑Bas). Il se fit massacrer en même temps que ses 52 compagnons. Son corps fut ramené à Fulda qui devint un haut lieu du christianisme allemand. Boniface est souvent désigné comme l'apôtre de la Germanie. Il est aussi l'un des patrons de la Grande‑Bretagne.

Fête le 29 octobre

Repost 0
Published by Paroisse Saint Joseph de Villeneuve - dans Portrait
commenter cet article
13 octobre 2015 2 13 /10 /octobre /2015 20:46

Mgr Charles‑Paul Sagot du Vauroux

(1857‑1937)

Les évêques d'Agen au XXe siècle

       Natif de Saintes, Charles‑Paul Sagot du Vauroux fait ses études secondaires à La Rochelle puis ses études de théologie à Paris (Séminaire St Sulpice puis École des (Carmes). Ordonné prêtre en 1881, il est nommé professeur de philosophie à l'école Fénelon de La Rochelle. Il publiera plusieurs ouvrages, dont « Du subjectivisme allemand à la philosophie catholique » (1916) et « l'Église de France et la politique au temps présent » (1936). Mgr Sagot du Vauroux fut l'un des quatorze évêques français consacrés à Rome par le pape Pie X le 25 février 1906 au lendemain de la Loi de séparation de l'Église et de l'États Arrivé à Agen, il dut transférer l'Évêché de la place de la Préfecture (actuelle Bibliothèque municipale, résidence de l'évêque depuis 1808) à la rue du 4 septembre. Il assuma l'expulsion du Grand et du Petit Séminaire et instaura le tout nouveau « Denier du Clergé ».

 

       Pendant la Grande Guerre (1914‑1918), l'évêque d'Agen rend visite aux blessés revenus du front et prend pour thème « Les leçons chrétiennes de la Guerre » pour ses conférences de Carême à la Cathédrale en 1915. Après la Guerre et le rétablissement des relations diplomatiques entre l'État et le Saint Siège (1921), l'Église de France connaît une vie religieuse active et engagée. Mgr Sagot du Vauroux donna une grande impulsion dans le diocèse Pour la fondation des Scouts de France, de la Jeunesse Ouvrière Chrétienne (JOC), de la Jeunesse Agricole Chrétienne (JAC) et des Cœurs Vaillants. Il fut appelé « l'évêque des jeunes ».

 

       Mgr Sagot du Vauroux se rendit célèbre en France pour son soutien à Pie XI dans sa condamnation de l'Action française (1927). Il fit élever le Grand Séminaire en 1930 (actuel Centre Jean XXIII) et appela des séminaristes irlandais suite à une rencontre fortuite au Congrès eucharistique de Dublin (1932). Il organisa un synode en 1933. et s'éteint après trente et un ans d'épiscopat le 14 août 1937.

 

Documents issus de l'exposition sur les évêques d'Agen au XXème  siècle,

organisée par la paroisse Ste Foy d'Agen à la chapelle du Martrou en octobre 2010.

 

Repost 0
Published by Paroisse Saint Joseph de Villeneuve - dans Portrait
commenter cet article
17 septembre 2015 4 17 /09 /septembre /2015 14:12

Les noms des anges

 

HOMÉLIE DE ST GRÉGOIRE LE GRAND

 

      Il faut savoir que le nom d'anges désigne leur fonction, et non leur nature. Car ces esprits bienheureux de la patrie céleste sont bien toujours des esprits, maison ne peut les appeler toujours des «anges», parce qu'ils ne sont des anges que lorsqu'ils portent un message. On appel le«anges» ceux qui portent les messages moins importants, et «archanges» ceux qui annoncent les p lus grands événements.

 

     C'est pourquoi l'archange Gabriel fut envoyé a la Vierge Marie, et non pas un ange quelconque: pour ce ministère, il s'imposait d'envoyer un ange du plus haut rang annoncer le plus haut de tous les événements.

 

     En outre, certains d'entre eux sont désignés par un nom propre, afin de signifier par les mots la nature de leur action. En effet, ce n'est pas dans la sainte cité, où Ici vision de Dieu tout‑puissant confère une connaissance parfaite, qu'ils reçoivent leurs noms particuliers, comme si, sans l'aide de ces noms, on n'avait pas pu connaître leurs personnes. C'est lorsqu'ils viennent vers nous pour exercer un ministère qu'ils reçoivent chez nous des noms tirés de leur fonction. C'est ainsi que Michel veut dire: «Qui est comme Dieu?», Gabriel‑. «Force de Dieu», Raphaël «Dieu guérit».

Les portraits du mois

     Chaque fois qu'il est besoin d'un déploiement de force extraordi­naire, c'est Michel qui est envoyé: son action et son nom font comprendre que nul ne peut faire ce qu'il appartient à Dieu seul de faite. L'antique en­nemi, qui a désiré par orgueil être semblable à Dieu, disait: J'escaladerai les deux, par‑dessus les étoiles du ciel j'érigerai mon trône je ressemblerai au Très‑Haut. Or, l'Apocalypse nous dit qu'à la fin du monde, lorsqu'il sera laissé à sa propre force, avant d'être éliminé par le supplice final, il devra combattre contre l'archange Michel ‑Il y eut un combat contre l'archange Michel.

 

    À la Vierge Marie, c'est Gabriel qui est envoyé, dont le nom signifie «Force de Dieu » ne venait‑il pas annoncer celui qui voulut se manifester dans une humble condition pour triompher des puissances: démoniaques? C'est donc par la «Force de Dieu" qu'il devait être annoncé, celui qui venait comme le Dieu des armées, le vaillant des combats.

 

    Raphaël comme nous l'avons dit, se traduit. «Dieu guérit En effet, il délivra des ténèbres les yeux de Tobie lorsqu'il les toucha comme pour remplir l'office de soignant. Celui qui fut envoyé pour soigner est bien digne d'être appelé Dieu guérit».

 

Repost 0
Published by Paroisse Saint Joseph de Villeneuve - dans Portrait
commenter cet article
3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 07:48
Portrait du mois

Saint Jean‑Marie Vianney

 (1786‑1859).

Fête le 04 août.

 

        Celui qui devait atteindre à la réputation mondiale sous la désignation de Curé d'Ars naît près de Lyon, à Dardilly (Rhône), d'une pauvre et pieuse famille paysanne. Bien qu'il ait reçu une instruction religieuse des plus sommaires du fait de la Révolution, sa vocation sacerdotale s'affirme très tôt. Le curé d'Écully, un très saint prêtre se prépare à entrer au séminaire de Lyon, d'où il est bientôt renvoyé du fait de ses faibles notes. Persévérant cependant dans sa vocation, il est finalement admis à la prêtrise à l'âge de 30 ans. Il devient alors le vicaire du curé, d'Écully ; à la mort de celui‑ci en 1817, il est nommé curé d'Ars, petite paroisse de l'Ain alors profondément déchristianisée. Ses efforts, ses prières, sa vie ascétique restent d'abord sans fruit apparent, et le découragement le gagne. Mais, peu à peu, son enseignement très simple, la bonté de son accueil, la sainteté sans complication de la vie sacerdotale, ses extraordinaires dons de maître spirituel qui se révèlent dans toute leur force au confessionnal (où il finira par passer de 16 à 20h par jour), lui attirent les foules. De son vivant, Ars, devient un lieu de pèlerinage où accourent ceux qui cherchent la paix de l'âme ou la guérison du corps ; des miracles ajoutent à sa réputation de saint. Mais si ce modeste avait pu être tenté d'en tirer quelque vanité, le harcèlement de manifestations démoniaques dont il est l'objet l'en aurait préservé. Mort exténué â 73 ans, il est demeuré très populaire; il a été proclamé patron des curés et des responsables de communautés paroissiales. Ars est un pèlerinage très fréquenté.

 

Repost 0
Published by Paroisse Saint Joseph de Villeneuve - dans Portrait
commenter cet article

Informations, Agenda et Documents 

de la Paroisse Saint Joseph de Villeneuve

Rechercher

Denier de l'Eglise

 

                       

                       DON EN LIGNE