Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2023 2 10 /01 /janvier /2023 20:20

        En 2023, l’AED organise la 14è Nuit des Témoins, une veillée ponctuée de témoignages, de chants et de méditations sur les fruits du martyre au cours de laquelle sont égrenés les noms des chrétiens (prêtres, religieux et religieuses) tués dans l’année, tandis que leurs portraits sont portés en procession jusqu’à l’autel.

       Faire mémoire de ces martyrs au moins une fois par an a semblé important, voire indispensable à l’AED, ne serait-ce que pour leur rendre hommage et ainsi encourager ceux qui poursuivent le témoignage là où ils sont.

        Créée en France, la Nuit des Témoins est chaque année organisée non seulement à Paris, mais aussi en province et à l’étranger (Espagne, Mexique, Croatie, Belgique et aux États-Unis.) Elle rassemble chaque année des milliers de personnes.

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2022 2 18 /01 /janvier /2022 20:48

 

Passez 52 minutes de respiration avec les moines de l'abbaye de Hauterive

alors que notre chère abbaye cistercienne de Ste Marie du désert (près de Toulouse) ainsi que celle de Notre Dame des Neiges (où St Charles de Foucauld a appris la vie monastique) en Ardèche viennent de fermer.

 

Tout y est, beauté des lieux, odes à la nature, à la vie, à la tendresse pour ce cheval blessé, à l'amour, à Dieu, à la création divine dont nous sommes tous.

 

L'abbaye d'Hauterive, est une abbaye cistercienne fondée en 1138 par Guillaume, seigneur de Glâne, à Hauterive, aujourd'hui en Suisse dans le district de la Sarine du canton de Fribourg (Chemin de l'Abbaye 19, 1725 Posieux, Suisse). C'est la plus ancienne abbaye cistercienne de Suisse romande qui soit encore vivante.

 

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2021 3 08 /12 /décembre /2021 10:04

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2021 1 12 /07 /juillet /2021 06:21

 

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2021 2 06 /07 /juillet /2021 19:23

 

Que fait-on au catéchisme ? A quel âge aller au catéchisme ?

 

 
       A la rentrée de septembre-octobre, beaucoup de parents se posent la question d’inscrire leur enfant pour une année de catéchèse. A leur disposition, ainsi qu’à celle des acteurs de la responsabilité catéchétique, le site www.eglise.catholique.fr offre des réponses mais aussi des mots pour donner envie à ceux qui hésitent…

      Des réponses à 35 questions sur le caté, à découvrir sur le sit
e www.catechisme.catholique.fr
 
Partager cet article
Repost0
18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 07:05

Téléchargez les images - 0

 

Un voyage jusqu'au bout du feu, avec frère Christophe Lebreton, moine de Tibhirine

Christophe Lebreton fait partie des sept moines de Tibhirine qui ont été assassinés en mai 1996 en Algérie. Il a laissé dans sa cellule un journal intime où apparaît la spiritualité d'un personnage complexe pour qui la « joie est un combat quotidien ». Si son journal se laisse "traverser" par les sombres heures de « la décennie noire » il témoigne surtout de son attachement pour un Christ dont le "je t'aime" le conduira à donner sa vie par amour pour l'Algérie.

Les témoignages de ses proches et de belles images d'archives complètent la trame narrative de cette vie hors du commun où se côtoient la violence et le pardon.

Une coproduction Stella Productions 2021 - Réalisée par Grzegorz Tomczak

 

 

Partager cet article
Repost0
6 mai 2021 4 06 /05 /mai /2021 19:46

Depuis quand dit-on que le mois de mai est dédié à l’intercession de la Vierge Marie ? Le père Renaud Saliba, recteur du sanctuaire de Pontmain lieu d’une apparition mariale datant de 1871 dans le diocèse de Laval, nous apporte quelques explications sur le sens de la période particulière qu’est le mois de Marie.

 

Pourquoi le mois de mai est-il associé à Marie ?

 

Il est difficile de dire précisément pourquoi le mois de mai est associé à la Vierge Marie. Le mois de mai ne comporte pas traditionnellement une grande fête mariale comme les mois d’août ou de décembre. Ce n’est que depuis la réforme liturgique de 1969 que la Visitation est fêtée le 31 mai. Il ne faut donc pas aller rechercher une explication du côté du cycle liturgique mais plutôt du côté du cycle des saisons. En Europe, le mois de mai c’est le mois des fleurs, le mois où le printemps se manifeste dans toute sa vitalité.

Ainsi dès le 13ème siècle, le roi de Castille Alphonse X le Sage (1221-1284) avait associé dans un de ses poèmes la beauté de Marie à celle du mois de mai. Au 14ème siècle le frère dominicain Henri Suso (1295-1366) avait pris l’habitude le premier mai d’orner les statues de Marie de couronnes de fleurs. Il y a donc très probablement un lien entre la beauté de la flore qui se déploie au mois de mai et notre Mère du ciel, la belle Dame, comme on l’appelle ici à Pontmain.

 

A quand remonte cette coutume du mois de Marie ?

 

C’est à Rome, à la fin du 16ème siècle, qu’est née la coutume de consacrer les 31 jours du mois de mai à une prière mariale renforcée. Saint Philippe Néri (1515-1595) par exemple rassemblait les enfants autour de l’autel de la Sainte Vierge dans la Chiesa Nuova. Ils leur demandaient d’offrir à la Mère de Dieu des fleurs du printemps, symboles des vertus chrétiennes qui devaient aussi éclore dans leur vie chrétienne. Le mois de Marie est donc depuis le début, non seulement un bel acte de piété envers la Vierge Marie mais aussi un engagement à se sanctifier jour après jour.

Au 17ème siècle et au 18ème, les Jésuites ont beaucoup œuvré pour diffuser cette dévotion dans toute l’Italie. Ils recommandaient que, la veille du 1er mai, dans chaque maison, on dresse un autel à Marie, décoré de fleurs et de lumière. La famille était invitée à se réunir pour prier en l’honneur de la Sainte Vierge et à tirer au sort un billet indiquant la vertu à mettre en application le lendemain.
Cependant c’est en approuvant cette dévotion en 1815 que le Pape Pie VII (1742-1823) va permettre sa très grande diffusion dans toute l’Église. Le mois de Marie sera célébré dans les paroisses et dans les familles.

 

Le mois de Marie à Pontmain

 

Dans un sanctuaire marial comme Pontmain où a eu lieu une apparition de Notre Dame reconnue par l’Église, on peut dire que c’est toute l’année le mois de Marie. Lorsque que nous racontons l’histoire de l’apparition, nous faisons la part belle au curé de la paroisse l’abbé Michel Guérin. Il n’a pas vu dans le ciel la belle Dame le 17 janvier 1871, mais par son travail pastoral et surtout par son amour de la Vierge Marie, il a comme préparé cet évènement heureux. L’abbé Guérin a instauré le mois de Marie en 1846 soit dix ans après son arrivée dans ce petit hameau où tout était à faire. Il a commencé par offrir une petite statue de la vierge Marie à chaque famille pour encourager la prière du chapelet à la maison, puis il a restauré la vieille église délabrée. Ensuite il a placé une grande statue de la Vierge au-dessus du maître autel. Enfin, il a construit une école pour les enfants du village. Quand tout cela a été en place il a donc pu instaurer le mois de Marie. Et à Pontmain, le mois de Marie c’était avant tout le pèlerinage quotidien des enfants à l’église paroissiale avant l’ouverture de l’école. Les sœurs emmenaient en procession les enfants pour déposer un bouquet de fleurs, réciter une dizaine de chapelet et chanter un cantique marial. Ainsi chaque mois de Marie entre 1846 et 1871 a été comme une préparation de l’apparition du 17 janvier, avec au premier rang des enfants venant au-devant de Notre Dame.Mayenne.

 

Comment vivre ce mois singulier en période de confinement/déconfinement ? Quel sens particulier prend-il en ces temps troublés ?

Ne pas oublier le temps pascal
Le mois de mai coïncide chaque année avec le temps pascal, c’est particulièrement vrai cette année où le 31 mai est le dimanche de
Pentecôte. Le mois de Marie ne doit faire « concurrence » au temps pascal mais au contraire nous aider à le vivre.
Lorsque nous récitons les mystères glorieux du chapelet nous parcourons avec Marie les trois grandes étapes du temps pascal : la
Résurrection l’Ascension et la Pentecôte.
Lorsque que nous contemplons la vie de Marie nous découvrons la toute pure, celle qui n’a pas péché, or le temps pascal est le moment où nous prenons conscience que par la Résurrection nous sommes morts au péché. Ainsi le mois de Marie est l’occasion de pratiquer les vertus qui manifestent la vie nouvelle dans la force de l’Esprit.

 

Habiter la maison de Dieu


Pendant le temps de confinement, beaucoup ont dû aménager ou agrandir un coin prière dans leur maison. Nous avons découvert que nos domiciles pouvaient être des lieux de célébrations. Nous avons consacré un moment particulier de la journée à la prière avec régularité et ponctualité. Tout cela est en lien avec la piété mariale du mois de mai qui va nous permettre de prolonger cette expérience.
Dans nos coins prières, au mois de mai, il s’agit évidemment de mettre en évidence, une statue, une image de la Vierge Marie. C’est un grand réconfort de pouvoir contempler le beau visage bienveillant de Marie.
Le mois de Marie est aussi un moment privilégié pour chanter des chants à Marie. Il est étonnant de constater la très grande variété de ces chants, et chaque année, de nouvelles compositions viennent enrichir le répertoire. Au moment de l’apparition de Pontmain le cantique préférée était « Mère de
l’espérance dont le nom est si doux protégez notre France, priez, priez pour nous »

 

Se faire pèlerin


Nous entrons dans le temps du déconfinement. C’est une invitation à quitter un peu notre coin prière, aussi beau soit-il, pour découvrir des paroisses, des abbayes et des sanctuaires qui nous parlent de la Vierge Marie. En 1823, l’Abbé Letourneau dans son ouvrage sur « le nouveau mois de Marie » proposait de lier chaque jour du mois de Mai à un grand pèlerinage marial en commençant par Rome Lorette, Paris, Tolède… C’est une très belle idée car la Vierge Marie nous ouvre sur le monde. En ses apparitions, elle nous fait prendre conscience que l’Église est vraiment universelle. Le mois de mai est donc l’occasion de sortir de chez soi pour aller découvrir un lieu marial pour que l’histoire de ce lieu devienne aussi notre histoire.

 

Publié le 12 mai 2020 : site "Église Catholique en France"

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2021 3 10 /02 /février /2021 14:13
 
 Année Amoris Laetitia 
     


       * La province ecclésiastique de Tours a élaboré un parcours à partir de 4 thématiques : l'amour, les familles, le discernement, l'hospitalité à l'aide d'une courte vidéo introductive à chaque thème et d'un livret  Goûter la joie de l'amour pour réfléchir et approfondir

 

       * Le livre « Familles, belles et fragiles ! Mettre en œuvre Amoris Laetitia dans l’Église », d’Alain THOMASSET, sj, et Oranne de MAUTORT est actuellement disponible en France. Il fait le point des questions théologiques et pastorales suscitées par l’exhortation Amoris Laetitia et les expériences concrètes de sa mise en œuvre dans les diocèses.

 

2/ Soirée Saint Valentin autrement depuis son canapé
 
 
3/ Un week-end pour les couples en espérance d'enfant à la maison de CANA Les Pothières du 14 au 16 mars 2021
                  Voir leur proposition sur leur site
 
 
4/ Congrès pour des femmes séparées ou divorcées avec le mouvement Renaissance à Ars du 13 au 15 mai 2021

 

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 07:29

La sobriété heureuse

      Face à l’urgence, l’Église est poreuse d’un message pour l’humanité en recherche de nouvelles voies. Le Bible, la tradition des Pères, l’Évangile, les ordres religieux ont promu une manière de vivre et d’être qui préserve la création comme don de Dieu et qui protège les hommes des dérives de la possession avide des richesses et de l’exploitation du frère.

       La sobriété heureuse est partout présente chez les peuples de l’Ancien Testament. Le plus souvent nomades, ils devaient régulièrement quitter la terre où ils s’étaient installés pour nourrir leurs troupeaux . Ils étaient bergers comme Moïse faisant paître le troupeau de son beau-père Jéthro (Ex 3). Puis les nomades se sont sédentarisés avant que l’exil ne les jette à nouveau sur les chemins de la traversée du désert. Le peuple de Dieu a gardé mémoire de l’importance de l’eau et de la nourriture. A chaque repas une prière viendra rappeler cela car l’humilité est ce qui nous préserve de l’oubli de notre condition de créature, même quand le peuple, devenu agriculteur, sera capable de produire lui-même sa nourriture. Jésus et ses disciples verront dans la dépendance aux don de Dieu un signe de la liberté des hommes.

        Cela est paradoxal pour l’homme du XXIe siècle. La liberté, nous la situons du côté de l’autonomie, de l’affranchissement, de l’autosuffisance, quitte à ruiner la terre, à l’épuiser, pour nous enrichir toujours davantage. Or, Jésus nous prévient: « Gardez-vous bien de toute avidité car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède » (Lc 12,15). 

       Face à l’amour de l’argent et à l’esclavage dans lequel il nous tient, il y a la liberté du cœur, de l’esprit et de l’âme que nous donne la pratique de la vie sobre. La sobriété chrétienne a ceci de particulier qu’elle n’est jamais une fin en soi. Elle est toute entière ordonnée, c’est à dire tournée vers Dieu, la création et les frères. Pour le chrétien, vivre sobrement ne signifie pas vivre moins. Cela signifie avant tout vivre mieux en respectant la loi naturelle, celle que Dieu a mise au cœur du monde et de ses créatures, en apprenant à savourer pleinement ce qui nous est donné et en privilégiant toujours le bien commun.

       Privilégier l’être à l’avoir, le « assez » au « toujours plus », l’équité entre tous les hommes de tous les continents, voilà le nouveau paradigme auquel il nous faut consentir si nous voulons garantir la paix sur cette terre et préparer un avenir aux générations à venir.
S’il est urgent de protéger la création, il est urgent de protéger l’homme qui devient une espèce dénaturée, privée de sa culture et de sa dimension spirituelle.
L’humanité est à un tournant. Et soudain, du plus profond de son histoire, l’oreille attentive de l’homme peut entendre ceci : « Vois ! Je mets aujourd’hui devant toi ou bien la vie et le bonheur, ou bien la mort et le malheur. Ce que je te commande aujourd’hui, c’est d’aimer le Seigneur ton Dieu, de marcher dans ses chemin, de garder ses commandements. Alors tu vivras et le Seigneur ton Dieu te bénira »(Dt 30,15) C’est une très ancienne Parole qui vient nous rejoindre aujourd’hui.

      La sobriété, pour être heureuse, appelle aussi la recherche de la paix, de la fraternité, du partage. Elle est fille de l’émerveillement, de la disponibilité, d’un cœur grand ouvert. Elle se fonde, pour les croyants, sur l’histoire de l’Alliance voulue par Dieu pour le salut des hommes. Nous pouvons nous mettre à l’écoute des communautés monastiques qui ont promu un art de vivre harmonieux alliant travail intellectuel et travail manuel, vie de prière et vie fraternelle. Elles sont nos maîtres sur le chemin de la sobriété heureuse !

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2020 5 18 /12 /décembre /2020 22:44

 

Couronne de l'Avent, 16 déc. 2020, capture @ Vatican Media

Audience: pour un Noël 2020 « plus vrai »

Au milieu des restrictions, moins de consommation

 

      Le pape François a souhaité que ce Noël 2020, au milieu des restrictions, n’en soit que plus « vrai », loin de la « consommation », en quelque sorte « purifié ».

      En s’adressant aux personnes de langue italienne au terme de l’audience de ce mercredi 16 décembre 2020, depuis la bibliothèque privée du Vatican, le pape a voulu « exhorter chacun à « se hâter » vers Noël, le vrai, c’est-à-dire la naissance de Jésus-Christ ».

      Le pape a fait remarquer les circonstances de la naissance de Jésus à Bethléem: « Cette année, des restrictions et des inconvénients nous attendent; mais pensons au Noël de la Vierge Marie et de Saint Joseph: ce n’étaient pas des roses et des fleurs! Combien de difficultés! Combien de soucis! Pourtant, la foi, l’espérance et l’amour les ont guidés et soutenus. Qu’il en soit ainsi pour nous aussi! »

     Et le pape a ajouté le souhait que ce que « difficultés » actuelles aident les chrétiens « à purifier un peu notre façon de vivre Noël », qu’il soit « plus vrai », avec moins de « consommation ».

    Le pape a aussi salué en italien « les personnes âgées, les jeunes, les malades et les nouveaux mariés » en disant: « Je souhaite à chacun d’accueillir la grâce de ces jours: qu’elle devienne pour vous, les personnes âgées, consolation, pour vous jeunes, la force, pour vous, malades, réconfort, et pour vous, nouveaux mariés, confiance en la Providence divine ».

 

Partager cet article
Repost0