Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2023 4 19 /01 /janvier /2023 14:41

 

Dimanche 15 janvier 2023Villeneuve-sur-Lot

 

 

« Celui-là baptise dans l’Esprit Saint. Moi, j’ai vu et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

 

      Frères et sœurs bien-aimés, en ce redémarrage du Temps ordinaire, avec le témoignage de Jean-Baptiste, je me suis demandé de qui je devais vous parler :

* de Jésus ? « L’Agneau de Dieu », « le Fils de Dieu », celui que révèle le Père et l’Esprit au baptême dans le Jourdain, et celui dont témoigne Jean ouvertement.

* de Jean-Baptiste lui-même ? Le témoin, celui qui est un serviteur et qui s’efface derrière Jésus ? Car c’est un exemple à suivre…

* ou encore de l’Esprit Saint ? Puisque l’Esprit de Dieu est à l’œuvre tant dans le Christ révélé, que dans celui qui s’efface, et que le baptême du Christ (dit Saint Jean) ne sera plus un baptême d’eau mais bien un « baptême dans l’Esprit Saint » !

 

… En fait, je crois qu’il faut que je vous parle de l’union entre le Seigneur et celui qui annonce le Seigneur. De l’union entre le contenant et le contenu, pourrait-on dire… entre le corps (le serviteur) et le cœur (le Messie). Car s’il n’y a pas d’union entre le Christ et son disciple, il ne pourra y avoir vraiment de témoignage…

Hier soir par exemple, à l’aumônerie des lycéens, nous avons parlé du témoignage de notre foi dans la vie de tous les jours : le témoignage, c’est-à-dire l’union à Dieu se fait d’abord par la prière, et par la vie, déjà même sans se parler, l’attention aux autres, l’ascèse de ne pas juger les personnes, et surtout l’écoute.

 

      Mais comment écouter vraiment et gratuitement les autres si l’on n’écoute pas vraiment et de manière assidue la Parole même de Dieu dans la Bible ? Oui, l’union de nous-même avec le Seigneur se fait d’abord par une union des cœurs, une union spirituelle et corporelle. Une union qui passe par tous les sens : l’ouïe, le toucher, la vue, le goût et même l’odorat (sentir bon le Saint Chrême, le parfum du pardon et de la douceur).

 

      Frères et sœurs, nous n’avons pas été seulement baptisés « dans l’eau » (le baptême de Jean). Non, nous avons été baptisés « dans l’Esprit Saint », c’est-à-dire dans une union profonde avec Dieu, en Dieu, et comme Dieu le veut.

L’Esprit Saint ne nous lâchera pas tant que nous ayons donné notre dernier souffle (c’est le même mot « pneuma » en grec). Cette union avec Dieu, par l’Esprit Saint et son œuvre en nous, peut donc progresser, ou régresser, en fonction de notre écoute ou non-écoute… avec nos oreilles, mais surtout avec notre cœur.

 

     Mettons-nous davantage à l’école du Maître, c’est-à-dire dans la douceur (l’agneau n’est pas un mouton) et l’humilité (du serviteur), pour un jour être liés au Christ pour toujours…

 

« Celui-là baptise dans l’Esprit Saint. Moi, j’ai vu et je rends témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

 

                                                                                             Amen.

 

                                                                                             Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2023 4 12 /01 /janvier /2023 07:50

 

 08 janvier 2023 – Villeneuve-sur-Lot

 

 

« Et tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. »

 

        Frères et sœurs bien-aimés, comme vous le savez, la fête de l’Épiphanie, ce n’est pas la fête de la galette… !

Si vous voulez en savoir plus sur l’origine des rois mages, allez voir la vidéo du frère Paul-Adrien, dominicain, de cette semaine : en quelques minutes, vous saurez tout !

 

        Moi, je voudrais vous parler des offrandes des mages. Mais d’abord, une question : Quels sont ceux dont les 2 parents sont nés à Villeneuve ? Vous êtes les bergers… ! Et quels sont ceux dont au moins 1 des 2 parents n’est pas né à Villeneuve ? ! Vous êtes les mages !

(je préfère ne pas partir sur le terrain de la frangipane ou de la coque briochée en ce jour...bien que les inconditionnels de la coque briochée sont bien du cru !!)

 

         Comme vous le savez, la visite des mages, après celle des bergers, vient dire dès le début de la vie de Jésus, que ce Jésus, le Fils de Dieu, n’est pas que pour les Juifs, mais qu’il est pour tous. Et que son commandement, son appel à AIMER, est pour tous les hommes, et entre tous les hommes (même différents).

Cependant, ce qui me frappe cette année, c’est une chose toute simple : les mages auraient pu s’extasier devant une nouvelle étoile mais rester chez eux dans leur confort… Or, ils se sont déplacés : ils sont passés à l’action. Qu’est-ce qui fait que vous passez de l’INTENTION à l’ACTION ?!

 

      Parfois, il y a des obstacles pour agir, ou beaucoup d’obstacles (je pense aux catéchumènes adultes qui finissent par se présenter parce qu’ils se sentent prêts, ou aux mariés qui ont fui l’idée du mariage pendant plusieurs années pour plusieurs raisons plus ou moins mauvaises, ou encore à l’appel à une vocation consacrée). Mais les mages ont agi, ils sont arrivés au bon endroit, et ils ont offert ce qu’ils avaient préparé :

      * l’or : pourquoi ? Cela signifie les sous, l’argent, les cadeaux-objets.

     * l’encens : pourquoi ? C’est la prière, la connexion avec Dieu, la présence à Dieu comme la graine d’encens sur le charbon...

     * la myrrhe : pourquoi ? C’est une résine, comme l’encens, mais transformée en liquide, en huile parfumée. C’est directement la symbole du soin du corps et pour Jésus la préfiguration de son ensevelissement ; mais cela peut signifier aussi l’intelligence qui transforme un produit.

 

      Alors, nous, toi, que vas-tu offrir à Jésus cette année ? Et pourrais-tu lui offrir plus de prière, de connexion avec Lui ? A la différence, l’offrande d’argent, le don d’objets matériels, le caté, et l’intelligence sont déjà offerts par vous habituellement. Tandis que la prière est un don à renouveler, c’est-à-dire Lui parler chaque jour (le matin ou le soir), venir l’écouter tous les dimanches, Lui offrir ta présence réelle, ou même un jour dans la semaine de 18h30 à 19h à Sainte Catherine pour une messe de semaine plus courte et tout aussi apaisante !

 

Je crois qu’en sortant de chez soi, et en s’approchant de Jésus vraiment, on reçoit beaucoup !

 

« Et tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. »

 

                                                                                                   Amen.

 

                                                                                                    Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2023 6 07 /01 /janvier /2023 21:52

 

Dimanche 1er janvier 2023 – Villeneuve-sur-Lot

 

« Marie retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent, ils glorifiaient et louaient Dieu. »

 

     Frères et sœurs bien-aimés, permettez-moi au début de cette nouvelle année, de commencer par une charade… pour faire le pont entre 2022 et 2023 pour nous :

       * mon 1er est le cadeau principal, en 3 lettres, qu’ont reçu les enfants à Noël sous le sapin

       * mon 2ème est la 2ème personne du pluriel du pronom personnel

*                * mon 3ème est un verbe employé plus de 700 fois dans la Bible et qui a donné son nom à « l’Ecclesia » (Église)

                  * mon 4ème est une conjonction que l’on emploie toujours quand on n’est pas satisfait

                  * mon 5ème est l’état dans lequel Jésus nous considère

                  * mon tout est le résumé du projet pastoral de notre paroisse !

 

                  … « Je vous appelle mes amis » ! ...Jean, chapitre 15, verset 15

 

     Le pape François nous appelle dans son message pour aujourd’hui, Journée mondiale de prière pour la paix, à faire une relecture des 3 ans qui viennent de s’écouler depuis le Covid : « nous interroger, apprendre, grandir, nous laisser transformer »… « Car on ne sort jamais identiques des moments de crise : on en sort soit meilleur, soit pire ». Le pape nous invite, comme il le fait chaque année, à « contribuer à édifier le Royaume de Dieu qui est un Royaume d’amour, de justice et de paix ».

Mais au regard de la violence du Covid et des restrictions, et maintenant de la Guerre « de plus » qu’est la guerre en Ukraine, qui touche directement tous les pays du monde et pas que les plus riches, le pape nous exhorte à la fraternité universelle et au bien commun : « Seule la paix qui naît de l’amour fraternel et désintéressé peut nous aider à surmonter les crises personnelles, sociales et mondiales. »

 

Nous n’avons pas de recettes toutes faites. C’est à nous de les inventer ou plutôt de les oser, comme nous le faisons en déployant progressivement les orientations choisies dans notre projet pastoral 2022-2025 par exemple : la formation des jeunes et adultes / la chaleur des célébrations / l’ouverture et l’accueil).

 

Après la Nativité et l’Adoration des bergers, ce qui me frappe dans cette suite de l’évangile de Saint Luc au chapitre 2, est la manière dont les bergers, qui sont sans instruction et sans calcul, vont eux-mêmes glorifier et louer Dieu… : ils chantent, ils parlent, ils témoignent, ils sont dans la joie, ils ne taisent pas la grandeur de Dieu, cette surprise immense !

 

      Faut-il être protestant évangélique pour accomplir cela aujourd’hui ? Ou des catholiques, même ici à Villeneuve, ne peuvent-ils pas comme les bergers témoigner ouvertement des merveilles de Dieu ??! « Je vous appelle mes amis » dit le Seigneur Jésus à tous les hommes et les femmes de bonne volonté. L’année 2023 sera-t-elle une année de plus grande foi ? Je le souhaite, je vous le souhaite !

 

« Marie retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. Les bergers repartirent, ils glorifiaient et louaient Dieu. »

 

                                                                                        Amen.

 

                                                                                       Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2023 3 04 /01 /janvier /2023 23:28

 

 24 décembre 2022 – Villeneuve-sur-Lot (Eysses)

 

« Voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »

 

      Frères et sœurs bien-aimés, comme vous le savez ce n’est pas le Père Noël que nous fêtons aujourd’hui car demain il aura disparu…Mais c’est l’Enfant Jésus, qui demain sera là encore, et chaque jour de notre vie, car il nous aime.

Oui, nous avons raison de nous attacher à Lui car il est Dieu visible à nos yeux, audible à nos oreilles et compréhensible pour notre intelligence. Mais que dit-il pour nous, pour notre temps ? À chacun de nous de l’écouter, de découvrir, lire et relire un évangile !

 

Personnellement, je retiendrai 2 choses pour nous cette année :

 

      1/ Jésus vient briser ce qui est pesant pour nous délivrer des ténèbres : (Isaïe) « Le joug qui pesait sur le peuple, la barre qui meurtrissait son épaule, le bâton du tyran, tu les as brisés. » Le nom du nouveau-né est « Conseiller merveilleux, Dieu fort, Prince de la Paix ». Sa lumière, même si elle semble fragile, elle est extrêmement puissante. Et si tu t’attaches à elle, tu n’as plus rien à craindre ! Mais, comme Marie et Joseph qui ont attendu 9 mois, il faut que tu t’attaches à Jésus dans le temps… Celui qui fait ainsi ne sera jamais perdant !

 

      2/ Jésus est un pain qui se mange. Le pain de la vie éternelle, c’est-à-dire le pain des pauvres, de ceux qui n’ont plus rien et qui espèrent.

Plus on grandit et plus on accumule (savoir, richesses, expériences, amis, des kilos aussi, et du bazar !). Mais nous oublions trop souvent qu’en un jour on peut tout perdre ! Même la vie… Alors, que nous dit Jésus : Lui qui est né pauvre et qui meurt pauvre, il nous apprend à sans cesse nous détacher, à garder les mains ouvertes et non fermées sur nos richesses. J’aime beaucoup ce chant de l’Avent : « Voici le temps du long désir, où l’homme apprend son indigence, chemin creusé pour accueillir celui qui vient combler les pauvres »…

 

Deux signes sont donnés ici, au moment de sa naissance :

  • « Beth-léem », veut dire en hébreu « la maison du pain »

  • « Mangeoire », c’est le lieu de la nourriture, ce n’est donc pas un hasard...

 

        Deux détails importants qui indiquent déjà combien Jésus est venu de la part du Père éternel pour nourrir. Nourrir nos âmes, nourrir notre espérance, nourrir notre pauvreté, nourrir notre corps aussi, car tout vient de Lui.

Sommes-nous prêts à le reconnaître ? À être humbles devant Lui ? À être pauvres devant Lui, à nous détacher, nous dépouiller, pour un jour entrer vraiment dans son éternité ?! Il vient nous préparer et ne nous lâchera pas ! Laissez-vous donc nourrir par Lui.

 

« Voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »

 

                                                                                             Amen.

 

                                                                                              Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2023 3 04 /01 /janvier /2023 23:21

 

Dimanche 18 décembre 2022 – Villeneuve-sur-Lot

 

« Joseph, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint. »

 

     Frères et sœurs bien-aimés, en ce 4ème dimanche de l’Avent, 3 verbes me viennent à l’esprit : ANNONCERCOMPRENDREACCEPTER

 

     C’est le processus de communication le plus efficace, et celui que Dieu choisit, notamment par son « ministre de la communication » : l’ange Gabriel (pas nommé ici). Nous devons prendre exemple sur cette communication divine à des hommes, car souvent nous vivons des échecs ou des tensions (familiales, professionnelles) parce que nous omettons l’un ou l’autre alors que les 3 sont importants :

 

1) ANNONCER : la venue du Messie est ici l’affaire de Dieu certes, mais il va mettre beaucoup d’énergie et de temps pour l’annoncer : annoncer la venue d’un enfant (à Acaz, Marie, Joseph, les bergers, les mages, les muses aussi).

     Par cet enfant, Dieu annonce la paix et le Salut : par les Écritures, l’Évangile, St Paul…et jusqu’à aujourd’hui sur tous les continents et même sur le continent du web avec Carlo Acutis ou le frère Pierre Adrien aujourd’hui.

     Par exemple, dans nos familles, avant de reprocher aux petits enfants de ne pas accepter la foi chrétienne, de quelle manière essayons- nous de leur annoncer le contenu, ce que Dieu fait vraiment dans la vie et dans votre vie ?! « Je ne suis pas chargée de vous le faire croire, je suis chargée de vous le dire », disait Sainte Bernadette...

 

2) COMPRENDRE : le projet de Dieu est souvent incompréhensible à nos yeux et à nos oreilles cartésiens, matérialistes ou moralisateurs. Ici, Dieu demande à un homme juste de continuer la démarche de mariage avec une femme enceinte d’un autre, et d’éduquer un enfant dont le père ne sera pas ou peu présent… Comment accepter sans comprendre ? Saint Augustin disait : « Il faut croire pour comprendre et comprendre pour croire » (credere ut intelligare).

     Or il faut du temps pour que notre intelligence, mais surtout notre cœur, comprenne. Regardez ici en Isaïe chapitre 7, le roi Acaz : « Non je n’en demanderai pas » ; d’où l’ajout d’explication de Dieu : « Avant que cet enfant sache rejeter  le mal et choisir le bien ».

 

3) ACCEPTER : on parle souvent du Oui de Marie et du Oui de Joseph (l’homme juste), mais même s’ils ont fait confiance, ils ont eu besoin de temps !! Leur oui « rapide » après la visite de l’ange et du songe a été précédé de nombreux « oui » pour être justes et croyants (c’est de cette manière aussi que l’on fait progressivement ses promesses scoutes).

      C’est pourquoi l’éducation des enfants dès très jeunes et très importante (pour contrer les caprices). Cependant, n’oublions jamais que le processus d’acceptation ne pourra jamais se passer d’une vraie « annonce » et d’un temps de compréhension !! Sinon c’est l’échec et la déception…toujours !

 

« Joseph, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint. »

 

                                                                                              Amen.

 

                                                                                               Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2022 5 16 /12 /décembre /2022 15:27

 

Dimanche 11 décembre 2022 – Villeneuve-sur-Lot

 

 

« En attendant la venue du Seigneur, prenez patience. Voyez le cultivateur : il attend les fruits précieux de la terre avec patience. »

 

          Frères et sœurs bien-aimés, l’Avent nous redit avec force que la Sainte Trinité de Dieu a le temps et prend le temps pour nous.

Le pessimisme et le découragement peuvent nous gagner parfois : « à quoi bon ? » « quand s’en sortira-t-on ? » « que faut-il faire pour enfin avoir la paix ? »

 

       Jean le Baptiste, lui un grand prophète, qui rassemble des foules au désert au nom du Seigneur, alors qu’il est fait prisonnier par Hérode, se met lui aussi à douter : « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? » fait-il demander à Jésus !... Cette question en dit long sur l’itinéraire normal de la foi et de l’épreuve qui purifie la foi…

Et que réponde Jésus : il ne dit pas directement oui, il dit : « Allez annoncer à Jean ce que vous entendez et voyez : « les aveugles retrouvent la vue, les boiteux marchent, les sourds entendent… les pauvres reçoivent la bonne nouvelle. » Jésus répond donc positivement à Jean, mais en reprenant l’annonce du Messie d’après Isaïe et en demandant à ceux qui sont là de s’impliquer : « vous, allez annoncer à Jean, ce que vous voyez. »

 

        Alors mes amis, si vous ne voyez rien venir dans ce temps de l’Avent, si le doute ou le découragement vous assaillent, c’est à vous et c’est à nous tous, récepteurs de la Bonne Nouvelle de Jésus, de regarder vraiment et de transformer notre vision pour voir l’œuvre de Dieu. J’aime par exemple tout particulièrement regarder les champs retournés l’hiver avec leurs mottes de terre brutes, faisant voir le labeur de la terre qui un jour donnera du fruit !

« L’œuvre de Dieu avance, quelle que soit notre disposition. La joie, ce n’est pas lorsque l’œuvre de Dieu vient à toi et que tu ne la voies pas, c’est lorsque tu vas à elle » disait un des confrères jeudi lors de notre partage de l’Évangile.

 

         La joie est donc celle de l’Espérance, c’est celle de la victoire de Dieu que nous pouvons déjà commencer à voir. Comme celle d’une « visitation » pendant laquelle l’Esprit Saint déjà tressaille en nous.

En théologie, on parle du « déjà là » et « pas encore ». Anne-Dauphine Julliand (l’auteur des « Petits pas sur le sable ») dit au sujet du décès de son 3ème enfant, Gaspard (20 ans), au début de cette année : « Je disais au Seigneur « Viens, viens ! » et je savais qu’il était déjà avec nous »… Voilà le mystère de l’Avent. La joie de Jésus déjà là, mais que l’on attend de voir entièrement, et pas seulement dans un santon de crèche bien sûr… N’est-ce pas une grande Espérance que nous recevons et devons transmettre ?!

 

« En attendant la venue du Seigneur, prenez patience. Voyez le cultivateur : il attend les fruits précieux de la terre avec patience. »

 

                                                                                          Amen.

 

                                                                                          Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2022 5 16 /12 /décembre /2022 15:03

 

Dimanche 04 décembre 2022 – Villeneuve-sur-Lot

 

« Ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver la marche de ceux qui se hâtent à la rencontre de ton Fils. »

 

      Frères et sœurs bien-aimés, ce dimanche à Sainte Catherine 17 jeunes recevront le sacrement de confirmation, et depuis la rentrée de septembre, 16 grands ados, étudiants et adultes, ont commencé un parcours de catéchuménat…

       Je ne dis pas cela pour chanter « Cocorico », ni pour faire oublier les turpitudes de notre Église, l’Épouse du Christ, qui peuvent troubler notre confiance (à tous) dans les hommes d’Église, vos pasteurs. Mais je vous dis cela, parce que justement j’y vois la main de Dieu qui veut dire à son peuple « je t’aime, je veux te sauver, et je veux que tu te renouvelles » (de l’intérieur et en nombre).

 

      « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche » disait Jean-Baptiste, « Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? Produisez donc un fruit digne de conversion. »Les premiers appelés de Jésus, les premiers futurs apôtres, sont venus entendre cela au Jourdain et se faire baptiser (André, Pierre, Jean, Jacques, Barthélémy)… Ce message n’est peut-être plus très nouveau à nos oreilles car nous l’entendons plusieurs fois par an de la bouche de Jésus, de Jean-Baptiste, et de prophètes anciens ou récents, et même de la Vierge Marie lors d’apparitions. Pourtant, pour vous comme pour moi, ce message, cet appel doit être sans cesse actuel !

 

      Qu’est-ce que je peux changer ? Comment je peux évoluer encore en faisant davantage comme Jésus me demande ? (donner, vider mes placards, diffuser du bien et non des idées négatives, ne pas chercher le succès à tout prix…) Est-ce que je ne suis pas trop sûr de mon salut, sans vouloir me repentir ?

 

       L’amour de Dieu est profond, il nous appelle à la conversion, et il nous enracine dans la Bible qui est vraiment la Parole de vie éternelle ! C’est pourquoi, il nous faut sans cesse, quel que soit notre âge, accueillir la Parole de Dieu avec attention, pour ne pas se retrouver un jour devant une porte fermée et dire « mais, je suis catholique moi aussi » comme si le ciel était un droit… !

Quel cœur mettons-nous à agir en cohérence avec notre foi et avec les sacrements ?!

 

« Ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver la marche de ceux qui se hâtent à la rencontre de ton Fils. »

 

                                                                                                  Amen.

 

                                                                                                  Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2022 4 08 /12 /décembre /2022 08:25

 

  27 novembre 2022 – Villeneuve-sur-Lot

 

 

« Les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : Telle sera la venue du Fils de l’homme. »

 

     Frères et sœurs bien-aimés, aujourd’hui mon homélie sera très courte, car je voudrais en ce premier jour de l’année liturgique que vous échangiez 2 par 2 quelques minutes…

 

     En effet, vous savez déjà que le mot « Avent » vient du verbe latin « advenire » qui signifie venir. Et que le Christ, venu une fois sur terre, ne cesse de venir pour que tous les hommes se « revêtent » de Lui et de sa justice, comme le dit saint Paul aujourd’hui… C’est son œuvre jusqu’à la fin des temps !

 

     En attendant donc, en ce début d’année, je voudrais vous poser 2 questions simples, à échanger avec votre voisin, pendant 6-7 minutes, maintenant :

 

1/ « Se revêtir du Seigneur Jésus Christ « (Saint Paul) : cela veut dire quoi concrètement pour vous ?

2/ Qu’attendez-vous pour votre foi et pour cette nouvelle année ?

 

 

     Au retour :...Que notre « attente » ne soit pas passive mais active, « revêtus du Seigneur Jésus Christ » et des « armes de sa lumière ».

 

      Bon Avent !

 

« Les gens ne se sont doutés de rien, jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis : Telle sera la venue du Fils de l’homme. »

 

                                                                                    Amen.

 

                                                                                    Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2022 3 07 /12 /décembre /2022 20:16

 

Dimanche 20 novembre 2022 – Villeneuve-sur-Lot

 

 

« L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même et nous aussi ! » »  

 

       Frères et sœurs bien-aimés, nous adorons un homme crucifié, et c’est justement la seule condition qui puisse nous sauver : sa Croix.

 

     Tous les ans, au terme de l’année liturgique, avant de reprendre le temps de l’Avent, nous avons rendez-vous avec la Croix. C’est un rendez-vous paradoxal, antinomique, et presque subversif… Comment un crucifié peut-il accéder à une royauté ? Cette royauté ne peut être qu’extérieure à notre monde ! Au-delà de nos critères humains et mondains, au-delà du pouvoir temporel et du pouvoir des ténèbres… « Nous arrachant au pouvoir des ténèbres, il nous a placés dans le Royaume de son Fils bien-aimé », dit saint Paul aux Colossiens aujourd’hui (Col 1).

 

     En fait, le scandale de la Croix est le scandale de l’obéissance et de la perte de la direction. Nous pouvons lutter contre cela de toutes nos forces, tout garder, tout conserver, être à tout prix indépendant, autonome voire autosuffisant, se battre pour vivre à tout prix, mettre dans notre monde toutes nos forces et toutes nos espérances, un jour, il nous faudra accepter de tout perdre. C’est cela que nous dit Jésus sur la croix. Mais tout perdre avec Lui ne veut pas dire « ne plus être » ! Au contraire, c’est entrer dans la vie qui a un vrai sens.

 

     C’est ce que signifie alors le baptême. Oui, le baptême nous met dans l’ordre de la vie divine, ou nous remet dans l’ordre et cherchera toujours à remettre de l’ordre dans notre vie baptismale (pas seulement le ménage par la confession, mais aussi trouver le sens entre la mort et la vie éternelle).

 

      Je pense ce dimanche à Sainte Cécile, martyre jeune, croyante, acceptant la mort innocente devant l’autoritarisme stérile (ou à Sainte Catherine).

Par le baptême, à la suite de Jésus, le Messie, le Fils de Dieu, par sa mort et sa résurrection d’entre les morts, nous devenons avec Lui prêtres, prophètes et rois. Mais justement pas à la manière du monde !

* Prêtres : pas avec les pleins pouvoirs, comme à la place de Dieu, mais obéissants au Fils qui agit et prie pour nous sur la croix.

* Prophètes : pas pour inventer une nouvelle religion ou toujours prêcher la révolution, mais obéissants à la Parole de Dieu (la Bible) qui peut nous choquer et bouleverser l’ordre du monde (par exemple sur les migrants, l’injustice, etc).

* Rois : pas pour parader comme chrétiens ou ne penser qu’à notre image, mais pour servir et se retrousser les manches pour les autres.

 

     L’onction de notre baptême est une onction sainte parce qu’elle vient de Dieu et qu’elle est éternelle. Devant la mort ou le chaos (dans l’Église ces temps-ci), ne perdons pas courage… Le Christ sera notre Sauveur !

 

« L’un des malfaiteurs suspendus en croix l’injuriait : « N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même et nous aussi ! » »

 

                                                                                                  Amen.

                                                                                                   Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2022 4 17 /11 /novembre /2022 22:22

 

Dimanche 13 novembre 2022 – Villeneuve-sur-Lot

 

 

« Tous les arrogants, tous ceux qui commettent l’impiété, seront de la paille. Le jour qui vient les consumera. »

 

       Frères et sœurs bien-aimés, les commentaires du missel nous rappellent que le prophète Malachie (1er lecture) parle à l’époque où la crise politique, économique et sociale que vit Israël 500 ans avant Jésus-Christ, se double d’une crise morale et spirituelle… Cette situation est donc proche de ce que nous vivons aujourd’hui avec certaines élites, y compris ecclésiastiques qui vivent dans le mensonge et le secret… « Cela s’arrêtera-t-il un jour » m’a-t-on écrit il y a quelques jours ?!

Je serai tenté de répondre : « Oui, à la fin des temps » ! Mais en attendant, nous devons tous (vous et moi) nous rappeler deux choses :

 

* il y aura une justice divine, et même si Saint Jacques dit que « la miséricorde se moque du jugement », elle ne se moque pas de la vérité, de l’aveu et du Purgatoire.

 

* il y a une loi morale, qu’il faut sans aucun doute mieux enseigner de nouveau, les 10 commandements (cf. relecture des Tables de pierre), car Jésus ne les a jamais annulés ou amoindris : c’est la Parole de Dieu !

 

Le péché n’est-il pas de ne pas obéir à Dieu et à sa Loi ?

 

      Onze fois dans les évangiles synoptiques (Matthieu, Marc, Luc), Jésus dit : « Prenez garde », comme aujourd’hui « Prenez garde à ne pas vous laisser égarer »… « Prenez garde », cela veut dire, « soyez attentifs » et même « ayez un bon gardien ». Quel est notre gardien ? Quel est votre gardien ? Votre ange ? Votre conjoint ? La Parole de Dieu ? Votre seule conscience, c’est-à-dire votre auto-jugement ?... C’est peut-être là qu’est le problème. Car nous ne pouvons pas nous juger nous-même ou difficilement, il nous faut accepter une altérité.

 

      Car s’approcher de Jésus ne veut pas dire le posséder, tout dominer, non. Le suivre, c’est lui faire confiance, y compris dans des épreuves et non pas avoir « la main sur ». Avoir « la main sur » est le contraire de la « chasteté », c’est une forme de domination.

     « C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie » dit Jésus à la fin de ce passage. Garder, c’est-à-dire recevoir, ne pas mériter, mais surtout être soutenu, être gardé, c’est-à-dire rester humble et même dans l’inconfort (matériel ou spirituel)… Les autres comportements, le Seigneur les vomit.

 

« Tous les arrogants, tous ceux qui commettent l’impiété, seront de la paille. Le jour qui vient les consumera. »

 

                                                                                           Amen.

 

                                                                                            Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0