Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 18:23

 

Messe de 10h à Lourdes du 7 novembre 2021

 

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 17:33

 

Homélie du 7 novembre 2021

 Villeneuve-sur-Lot

 

 

« Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. »

 

        Frères et sœurs bien-aimés, cette remarque sur l’attitude de Jésus « assis » en face de la salle du Trésor est étonnante, rare, trouvée seulement en saint Marc et saint Luc. Jésus voit. Il prend le temps de regarder : il admire, il discerne, il apprend à bien regarder avant de juger...Et il regarde aussi notre rapport à l’argent… : ceux qui donnent beaucoup, ceux qui pourraient donner plus, ceux qui ne donnent rien, ceux comme cette pauvre veuve qui donnent peu mais qui donnent tout ce qu’ils ont car le geste de donner est beaucoup plus beau et beaucoup plus fort que la somme elle-même !

 

C’est ce que Jésus loue ici par son admiration et c’est ce qu’il fera lui-même en acceptant de vivre de très peu et de dépendre de son Père, comme les lys des champs dans l’évangile de saint Matthieu. Il dépendra encore de son Père et totalement en ouvrant ses deux bras sur la croix pour donner toute sa vie et recevoir bien plus que le centuple de la part de son Père.

 

Ce regard de Jésus à l’argent me permet de vous dire, à vous paroissiens de Villeneuve, que je vois depuis un an beaucoup de générosité de votre part, pour l’Église, pour notre paroisse…

Certes, notre paroisse est encore en déficit, suite à travaux structurels qui ont dû être faits dernièrement, suite à des dépenses diverses qu’il faut réduire, et suite à des augmentations d’énergie, mais vous êtes toujours restés généreux! Je pense notamment à la souscription qu’avait lancé le Père Richard en 2020. Et même, quelques personnes concrétisent en ce moment quelques legs et donations, qui nous permettront de mieux envisager l’avenir...C’est un grand réconfort !

 

Je constate également qu’il y a une centaine de nouveaux donateurs du Denier de l’Église, soit d’anciens qui se remettent à donner, soit de jeunes familles à qui nous prenons le temps d’expliquer ce qu’est le Denier et à quoi correspondent nos finances.

Il y a eu une vraie rupture de transmission, en tout. Même moi, de ma génération, de parents pratiquants, je n’ai pas été enseignée sur ce que c’est que le Denier ! La rupture de transmission a été nette, et nous devons être clairs pour ceux qui nous suivent et de temps en temps comptent sur l’Église… : Quel est le devenir réel d’un casuel, d’une quête, d’une quête pour une œuvre (prêtres âgés, Secours Catholique, Séminaristes, Églises d’Afrique, Institut Catholique de Toulouse, etc), du Denier ? Quand nous sommes simples et clairs, parce que nous n’avons rien à cacher, alors les personnes sont généreuses, quel que soit leur âge !

 

L’Église de France n’est pas riche, à la différence de certains pays qui nous entourent, mais elle est aidée. Aidée par des municipalités qui la plupart entretiennent les églises-bâtiments, par beaucoup de personnes qui veulent conserver ce patrimoine religieux auquel tous les Français tiennent. Oui, nous nous sentons aidés.

Le Cardinal Lustiger paraît-il disait : « L’Église est riche d’espérance, mais elle a besoin de pain pour vivre ». Les jeunes adultes qui nous approchent pour demander un sacrement, peuvent le comprendre, et le comprennent.

 

        Alors nous, n’ayons pas peur de regarder, comme Jésus, la réalité en face. Je pense également ici aux dépenses de chauffage et à la nécessité de baisser nos consommations, par exemple en arrêtant le chauffage dès la communion lors de la messe dominicale.

 

« Jésus s’était assis dans le Temple en face de la salle du trésor, et regardait comment la foule y mettait de l’argent. »

 

                                                                                                   Amen.

 

                                                                                      Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 17:23

 

Homélie de la TOUSSAINT 2021

 Villeneuve-sur-Lot

 

 

« Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main. »

 

        Frères et sœurs bien-aimés, le Seigneur nous appelle ses « bien-aimés » (deux fois aujourd'hui dans la Lettre de Saint Jean), parce qu’il a fait de nous ses propres enfants par le Baptême.

Mais que provoque en vous cette appellation « bien-aimés » quand on s’adresse à vous ? Entendez-vous ce lien d’amour entre le Seigneur et vous ? Entendez-vous ce travail d’enfantement que le Seigneur continue de mettre en œuvre, tant par la Passion de son Fils et ses fruits encore actuels, Lui l’Agneau immolé, que par l’appel et l’intercession de tous ceux qui nous ont précédés et qui nous attirent auprès de Dieu ?

 

Oui, nous sommes et pouvons être ici-bas déjà « Bienheureux » parce que nous sommes « bien-aimés » de Dieu et que nous sommes appelés à la Béatitude éternelle.

 

      Le Père Caffarel, fondateur des Équipes Notre-Dame, décédé il y a 25 ans, disait que « la sainteté, c’est faire entrer le temporel dans le grand courant qui doit emporter la création tout entière vers Dieu. (…) Mais il serait bien naïf de croire que cette évangélisation du temporel s’opérera sans heurts, sans combats. Le temporel est encore terriblement le fief du prince de ce monde, qui n’entend pas lâcher ainsi sa proie. »

 

C’est pourquoi la foi, la sainteté, la béatitude éternelle sont un appel que le Seigneur ne cesse de nous adresser pour obtenir notre consentement, notre « oui », et ainsi œuvrer en nous et par nous.

Regardez la vie des saints et leur représentation, à lire ou à admirer en peinture comme sur la belle frise des saints de Réalier-Dumas à Sainte Catherine, ou en sculpture : croyez-vous que leur beauté céleste a été obtenue sans heurts, sans combats ? Non, bien sûr ! Et la beauté de leur combat n’est pas « une chance », comme le fruit du hasard, ni un idéal inatteignable…

Non, c’est le fruit d’un CONSENTEMENT : « Oui, je le veux » ! Un consentement qui résonne jusqu’à stimuler et relever toutes les forces prises par le démon ou endormies, enfouies sous d’innombrables habitudes ou excuses !

 

C’est ainsi que d’aveugles, nous nous sommes mis à voir, de sourds, nous nous sommes mis à entendre (comme saint Augustin dans ses Confessions qui dit à Dieu « tu as vaincu ma surdité »), de médisants nous nous sommes mis à relever les qualités des autres, de voleurs, nous nous sommes mis à donner notre chemise…

       Oui, bien-aimés de Dieu, entendez-vous le nouvel appel qu’il vous adresse, qu’il t’adresse, pour que chacun de nous soit sanctifié, choisisse résolument la voie du Christ et dise non à Satan ?! « Venez à moi » dit sans cesse le Sacré Cœur et Vivant Cœur de Jésus !

Voilà la condition du Ciel…

 

« Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main. »

 

                                                 Amen.

 

                                                                              Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 13:42

Homélie du Dimanche 31 octobre 2021

 Villeneuve sur Lot

 

« Je t’aime Seigneur, ma force, Seigneur mon roc, ma forteresse, le rocher qui m’abrite »

 

      Frères et sœurs bien-aimés, ce début du psaume 17 est une des rares fois dans la Bible où l’amour pour Dieu est mis à la première personne… « Je t’aime Seigneur », formule si belle et si forte !

Nous entendons ce dimanche en saint Marc un des passages les plus explicites des évangiles où Jésus allie l’amour envers Dieu l’unique, c’est-à-dire le premier des commandements, et l’amour du prochain, que l’on doit aimer comme soi-même, selon l’exhortation du Livre du Lévitique (Ancien Testament).

      C’est le socle, le pilier principal et unique de la révélation judéo-chrétienne, c’est donc le chemin de l’Église et de toute vie baptismale digne de ce nom. Le Concile Vatican II l’exprime dans son introduction de la Constitution sur l’Église en exhortant à « l’union intime avec Dieu » et à « unité de tout le genre humain » (LG1). Les deux bras de la Croix, la verticale et l’horizontale, étant étroitement réunis.

Mais nous pourrions croire qu’en nous remémorant l’assise, le pivot de notre foi, nous pouvons être bien assis, et comme déjà arrivés au bout du chemin !

      Cependant, nos péchés personnels, les péchés des autres frères et sœurs chrétiens et les péchés de l’Église « semper reformanda » comme je l’écris dans l’édito du St Joseph Infos de novembre, nous font redescendre de notre piédestal : nous devons ÉCOUTER, et écouter encore le Seigneur, et le recevoir presque comme un étranger que l’on reçoit du coup avec plus d’attention pour le respecter. Et pour Dieu, le craindre, car il est le Seigneur.

Et nous devons aussi être conscients du combat que notre époque dite « moderne » accomplit contre Dieu…

 

     L’histoire doit nous enseigner : certains historiens ne s’entendent pas par exemple sur la « décadence de l’Empire romain ». S’agit-il de « décadence » ou de « transformation » ? Peu importe pour nous ici, mais ce qui est sûr, c’est que le jour où l’on a eu peur de son prochain à cause des invasions barbares, le jour où la guerre a obligé les villes à s’entourer de remparts, le jour où les gens ont été plus occupés à se nourrir sans se faire massacrer qu’à se cultiver et à honorer Dieu, alors l’amour de Dieu et l’amour du prochain ont fait défaut ensemble.

 

      Aujourd’hui, le manque de respect de Dieu et des hommes dans leur vie, dans leur être et dans leur intégrité, est flagrant, encore plus sans doute pour les plus anciens d’entre nous. Il ne faut être ni nostalgiques, ni idéalistes. Mais si l’on croit être perdus, ou si l’on croit que la société se perd (ce qui peut être…), rappelons-nous que l’AMOUR de Dieu est premier et primordial, et qu’il nous donnera la force d’aimer ce prochain si étrange ! Oui, notre gouvernail est l’amour et le respect du Dieu unique et le respect des personnes, comme nous pouvons souhaiter être respectés.

    Les Écritures Saintes, la Parole vivante de Dieu, ont déjà traversé tant de périodes difficiles et résonnent avec tant de lumière et de force, que nous n’avons pas à craindre son éclat !

 

Que l’amour pour Dieu soit vainqueur en nous : il est Éternel !

 

« Je t’aime Seigneur, ma force, Seigneur mon roc, ma forteresse, le rocher qui m’abrite »

 

                                                                                      Amen.

 

                                                                                      Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 09:50

 

Homélie du Dimanche 24 octobre 2021

 Villeneuve-sur-Lot

 

 

« Faites résonner vos louanges et criez tous : « Seigneur, sauve on peuple, le reste d’Israël » ! »

 

       Frères et sœurs bien-aimés, avec cette phrase que nous avons laissé résonner dans notre prière pendant ces 24 heures d’adoration, « Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour », je ne peux pas ne pas dire sans tristesse et sans supplication : « Seigneur, donne-nous des prêtres pour nous donner ton pain chaque jour ! »

« Et si quelques uns de tes prêtres ont péché, ne nous châtie pas, Seigneur, à cause d’eux ! Prends pitié de tous ! Seigneur, sauve ton peuple ! » (bis)

 

       Car si je regarde notre paroisse St Joseph, depuis 21 ans qu’elle existe, je ne vois qu’un seul prêtre qui est né d’elle : Laurent Dejean, de la fraternité St Pierre (je n’oublie pas le frère Hubert de Kermadec, à Ste Marie de La Garde mais il n’a pas passé son enfance à Villeneuve).

Des boulangers et des agriculteurs, nous en trouverons pour nous donner chaque matin du pain, même si le métier est dur et exigeant ! Mais des prêtres, pour célébrer le repas de l’Eucharistie, des prêtres pour nous rassembler autour de l’Eucharistie, des prêtres pour nous faire comprendre le Pain de la vie, des prêtres pour nous faire passer au festin du Ciel, des prêtres pour nous donner leur vie en sacrifice à la suite de Jésus, des prêtres pour être des signes avec le peuple et pour le peuple, de la présence de Jésus au milieu du monde… Voilà ce dont nous avons besoin, n’est-ce pas ? Oui Seigneur « Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour ! Donne-nous des prêtres, et rends-nous tous dociles à ton Esprit ! »

Dans la Lettre aux Hébreux, le Seigneur dit : « tout grand prêtre est pris parmi les hommes ». L’évangile nous dit que c’est la foule qui relaie l’appel de Jésus : « Confiance, lève-toi, il t’appelle ». Dans le don du Notre Père, St Luc nous dit également que c’est un des disciples qui a l’audace de demander au Seigneur : « Apprends-nous à prier ».

 

        Le thème de la Semaine missionnaire mondiale cette année est « Il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu »… c’est un appel à entendre de 2 manières selon moi en ce jour :

- ne pas nous taire auprès des personnes chrétiennes ou non pour dire les merveilles que Dieu fait.

- ne pas nous taire auprès du Seigneur pour lui dire « Sauve nous ! Donne-nous notre pain ! Donne-nous des prêtres ! Donne-nous des chrétiens ! Donne-nous des familles priantes et saintes ! »

 

       Nous avons la grâce d’avoir de belles écoles catholiques ici à Villeneuve pour éveiller à la foi. Nous avons la grâce d’avoir des chrétiens qui s’engagent pour transmettre la foi aux jeunes et aux adultes. Nous avons la grâce (gratuite !) d’avoir des jeunes et des adultes qui continuent à demander la confirmation, c’est-à-dire le don du Saint Esprit (en ce moment déjà quatre nouveaux adultes demandent la confirmation et nous partons à Bagnères de Bigorre pour la retraite de confirmation des adolescents). Réjouissons-nous !! Ne voyons pas toujours le « verre vide ». Oui, poussons des cris de joie et non des jérémiades !

Mais ne nous lassons pas pour autant, comme Bartimée, de dire au Seigneur : « Jésus, prends pitié de nous ! Sauve-nous ! Donne-nous ton pain ! Donne-nous des prêtres ! »

Soyons vivants auprès de Lui, comme il est vivant auprès de nous !

 

« Faites résonner vos louanges et criez tous : « Seigneur, sauve ton peuple, le reste d’Israël » !

 

                                                                              Amen.

 

                                                                                   Père Thibaud de La Serre.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2021 5 29 /10 /octobre /2021 09:31

 

Homélie du Dimanche 17 octobre 2021

 Villeneuve-sur-Lot

 

« Dieu veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour, pour les délivrer de la mort. »

 

Frères et sœurs bien-aimés, il y a 3 semaines nous avons lu la Lettre pastorale de notre évêque pour cette année, avec ses 3 parties :

- partager nos initiatives pour le respect de la création et des personnes

- passer de la bienveillance à la bienfaisance

- être éducateurs de paix

Je ne sais pas si vous vous souvenez du mot que vous avez reçu sur le petit papier et si cela vous pousse à œuvrer ?

 

L’Esprit Saint souffle très fort en ce moment pour que l’Église devienne de plus en plus une maison saine et sûre ! Pour que nous chassions le Mal qui rôde sans cesse, pour que nous gardions le courage du Christ, et pour que nous soyons tous unis pour l’éternité !

 

Vous avez entendu parler du rapport Sauvé demandé par nos évêques, pour une vraie relecture ; vous entendez le Christ qui ces derniers dimanches annonce sa Passion aux Apôtres qui ne comprennent pas… : comment, lui, Jésus Christ, le Maître, le Sauveur, peut-il souffrir ? N’est-il pas là pour nous mettre à ses côtés, à la 1ère place ?! (c’est la tentation de l’orgueil)

Et aujourd’hui, 17 octobre, le Pape François lance une grande consultation de tous les chrétiens pour faire remonter ce qui est à changer, à convertir dans l’Église ! Nous devons donner nos réponses avant le 10 janvier à l’évêché. C’est le lancement de la réflexion pour le prochain Synode des évêques.

 

Les Saints, nos saint patrons dans l’histoire, n’ont pas eu peur de convertir l’Église. Mais ceux qui sont devenus saints, ils l’ont fait non par des critiques ou des paroles, mais par des actes et par amour…

Je pense à Thérèse d’Avila, grande maîtresse de l’oraison, qui a réformé le Carmel… Elle regardait Jésus crucifié qu’elle aimait profondément, et elle lui disait : « Si vous avez autant souffert, je comprends que vous ayez si peu d’amis » ! Mais elle a continué à aimer Jésus et à le servir avec courage. Et c’est son AMOUR qui a permis tous ces changements à l’Église ! Je pense également à Catherine de Sienne qui a ramené les papes à Rome, je pense à Mère Térésa en Inde, à St Vincent de Paul en plein Paris alors qu’il y a tant de pauvreté en France, ou encore à saint Pie X au début du XXème siècle qui a demandé une plus fréquente communion des fidèles et des enfants.

 

Voilà à quoi Dieu nous appelle : au courage, à la sainteté en acte, en amour, pour l’Église !

 

Allez-vous abandonner l’Église ?

Allez-vous abandonner Jésus qui continue de souffrir pour nous ?

Allez-vous davantage prendre votre part pour que l’Église soit toujours une maison chaleureuse, saine et sûre ? Dieu a besoin de tous !

 

« Dieu veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour, pour les délivrer de la mort. »

 

                                                                                       Amen.

 

                                                                                       Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2021 6 16 /10 /octobre /2021 15:12

 

Homélie du Dimanche 10 octobre 2021

 Villeneuve-sur-Lot

 

« Plus que la santé et la beauté, j’ai aimé la sagesse ; je l’ai choisie de préférence à la lumière, parce que sa clarté ne s’éteint pas. »

 

      Frères et sœurs bien-aimés, la nouvelle cette semaine du nombre de victimes de la part de prêtres et religieux abuseurs a été un vrai tsunami… Je n’imaginais pas, personnellement, qu’autant de personnes pouvaient souffrir de ces actes pervers et intimes de la part de clercs. Mais au delà du poids de la honte et de la désolation, je remercie le Seigneur pour ce travail immense d’écoute et de vérité qui s’est fait, et pour la portée publique des résultats.

 

Car la publication pour tous de ce rapport Sauvé marque un pas, je l’espère libérateur, pour toutes les personnes qui ont été abusées enfant. C’est une reconnaissance officielle immense et nécessaire. Un début de catharsis, pourrait-on dire, car l’Église a besoin d’abord d’être purifiée, mais les victimes ont besoin d’abord d’être innocentées, de recevoir une purification.

Si j’en crois les chiffres, la totalité des personnes, même en dehors de l’Église, abusées sexuellement dans leur enfance représente 10% de la population française… Nous pouvons donc en conclure que plusieurs parmi nous ici ont été abusés enfants par des adultes. C’est sagesse et vérité que de le reconnaître et de s’en attrister, de souffrir avec ces personnes, de souffrir avec le Christ.

 

Mais il est capital aussi de nommer le meurtre, le crime, de nommer l’adultère, c’est-à-dire la déviance de son engagement, comme le fait Jésus aujourd’hui en rappelant à juste titre les principaux commandements.

 

Ce rapport, ce travail, à la demande des évêques actuels, doit nous aider encore à nommer la faute comme une faute : ces actes, ces gestes, ces demandes de silence, ne sont pas seulement « moches », ils sont graves, ils sont des péchés mortels. Les 10 commandements le disent. « Nous aurons à rendre des comptes » à Dieu et à nos frères, comme le dit clairement la lettre aux Hébreux dans les lectures de ce dimanche…

 

Le Seigneur est bon, il marche avec nous et n’abandonne pas ceux qui le craignent !

Pourquoi le Seigneur est-il bon ? Pourquoi le Seigneur veut-il délivrer les hommes du péché et de l’enfer ? Parce qu’il nous aime. Chacun, il nous a créés par amour, et il veut nous conduire vers Lui, vers la vie éternelle. C’est pourquoi, dans tous les domaines, le Seigneur Dieu nous apprendra toujours à ne pas « mettre la main sur », à « ne pas posséder » les autres ou la vie. C’est cela que l’on appelle la chasteté : la chasteté c’est « ne pas mettre la main sur, pour posséder » (respect de l’autre dans son intégrité, ne pas chercher à connaître son avenir, ne pas chercher à tout prix à posséder immodérément, etc).

 

       Reprenons confiance et raison dans sa sagesse, la sagesse dont il nous reparle aujourd’hui : « Plus que la santé et la beauté, j’ai aimé la sagesse ; je l’ai choisie de préférence à la lumière, parce que sa clarté ne s’éteint pas. »

 

                                                                             Amen.

 

                                                                          Père Thibaud de La Serre.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 19:35

 

Homélie du Dimanche 26 septembre 2021

 Villeneuve-sur-Lot

 

« Ah, si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux ! »

 

      Frères et sœurs bien-aimés, aujourd’hui en cette messe de rentrée du caté, nous avons décidé avec la nouvelle équipe pastorale de vous transmettre les souhaits et la réflexion de notre évêque Hubert pour cette nouvelle année…

 

Notre évêque nous oriente une 2ème année sur l’écologie, mais l’écologie « intégrale » et tout spécialement cette année sur la qualité des relations humaines.

 

Il faut réfléchir à la qualité de nos relations humaines, et passer de la réflexion à l’action, dit-il. Avec 3 axes :

 

1/ Sauvegarde de la création : passer du faire au partage sur le faire (en parler)

 

2/ De la Bienveillance à la Bienfaisance

 

3/ De la violence à l’éducation à la Paix

 

Voici 3 passages de la lettre pastorale de notre évêque :

 

« La bienveillance est un mouvement vers l'autre qui requiert gratuité, bonté, douceur.

Il est bon alors de rappeler ce que doit être le rôle de l'Église : annoncer la bonne nouvelle à tous les hommes et comme dit le concile Vatican II « continuer sous l'impulsion de l'Esprit consolateur, l'œuvre même du Christ venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité, pour sauver, non pour condamner, pour servir et non pour être servi » (Gaudium et Spes 3). Les chrétiens sont invités à regarder le monde contemporain avec bienveillance et à engager le dialogue avec ceux et celles qui ont une façon de voir différente de la leur.

À ce sujet, le bénéfice fondamental de la prière chrétienne est d'accorder le croyant aux sentiments du Christ Jésus. La prière de la communauté chrétienne est le lieu de l'éducation à la bienveillance. »

 

« L’attitude de bienveillance doit nous conduire à la paix. Être en paix avec soi-même, avec autrui, dans le respect de la nature et de l’environnement concerne la mise en œuvre de l’écologie intégrale.

Ce qui me frappe et m’interroge dans l’actualité, c’est tout d’abord les violences qui se multiplient entre bandes d’adolescents, contre les policiers, contre des enseignants… Pour le bien de notre maison commune, il y a par conséquent urgence à faire une éducation à la paix. Quelles sont les causes de cette violence ? Comment canaliser cette violence ? »

 

« La paix est don de Dieu, mais elle a besoin de nos mains, de notre cœur, de notre intelligence de nos actions.

La paix est un fruit de l’Esprit Saint (cf. Ga 5), en bonne compagnie avec la patience, la bonté, la bienveillance, la douceur, la maîtrise de soi. »

 

Le Seigneur nous dit aujourd’hui dans les lectures bibliques qu’il compte sur nous pour bien agir… pour ne pas tomber dans la richesse et la paresse, pour ne pas tomber dans l’exclusion, et le jugement, pour ne pas tomber dans le crime impuni.

 

Jésus a un discours clair et droit. Il nous faut être nous aussi clairs et droits, c’est-à-dire vrais et justes, et ne pas tomber dans l’excès dans un sens comme dans l’autre.

Ma grand-mère me disait « L’excès en tout est un défaut »...

 

      Je vous invite tous, avec notre évêque, en ce début d’année à plus réfléchir et bien agir !

 

« Ah, si le Seigneur pouvait faire de tout son peuple un peuple de prophètes ! Si le Seigneur pouvait mettre son esprit sur eux ! »

 

Amen.

 

Père Thibaud de La Serre

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2021 7 26 /09 /septembre /2021 19:25

 

Homélie du Dimanche 19 septembre 2021

 Villeneuve-sur-Lot

 

« Si le juste est fils de Dieu, Dieu l’assistera et l’arrachera aux mains de ses adversaires. »

 

     Frères et sœurs, je suis souvent surpris de voir combien certaines personnes n’en finissent pas d’agoniser ou de « végéter », malades ou très âgés, sans recevoir aucun secours spirituel. Et lorsque tout à coup quelqu’un pense pour elles au secours spirituel et appelle un prêtre pour confesser ou donner l’onction ou simplement bénir, l’âme est délivrée et il n’est pas rare que ces personnes remettent leur dernier souffle peu de temps après.

Comment ne pas être renforcés dans le fait que le Seigneur veut protéger notre âme pour nous « faire accoucher » à sa vie éternelle et non végéter dans le Purgatoire où nous ne pouvons plus prier…

 

Un beau film, « Le grand miracle », que nous avons montré aux enfants du catéchisme et aux lycéens le dit aussi : notre âme a besoin d’être nourrie et protégée, sauvée.

 

     Il y a beaucoup beaucoup d’obstacles et d’épreuves en ce monde. Les lectures de ce dimanche nous les mettent en face : jalousie, rivalités, actions malfaisantes, jugements, conflits, peur de la mort, peur de la vérité, accusations faussées, condamnations, persécutions, pièges.

Nous en sommes alternativement les auteurs ou les victimes, car il y a du Bien et du Mal en nous.

 

     Comme chrétiens, baptisés, c’est-à-dire fils et filles de Dieu, le Seigneur ne nous abandonne pas, dans tous les sens du terme. C’est-à-dire qu’il ne veut pas nous laisser aller à notre perdition lorsque notre âme n’est pas encore purifiée… Alors, si nous ne courrons pas vers les sacrements qui délivrent notre âme, alors notre âme va végéter !

« La Sagesse qui vient d’en haut est pure, pacifique, bienveillante, conciliante, pleine de miséricorde et féconde en bons fruits », dit l’apôtre St Jacques.

 

     Voilà ce qui doit nous attirer à faire le bien et à agir avec puissance et obéissance à Dieu pour rejeter ce qui est mal. Je pense ici au Credo baptismal dans le rituel du Baptême et aux trois questions qui précèdent l’affirmation de la foi : « Pour vivre dans la liberté des enfants de Dieu, rejetez-vous le péché ? / Pour échapper à l’emprise du péché, rejetez-vous ce qui conduit au mal ? / Pour suivre Jésus le Christ, rejetez-vous Satan qui est l’auteur du péché ? »

 

     Comment ne pas voir et ne pas comprendre que dès lors que nous sommes devenus des enfants de Dieu, Dieu nous a pris en charge comme un vrai père, et qu’un vrai père aussi parfait ne veut pas (à tout prix) abandonner son enfant !!! Jésus est celui qui vient nous relever, nous délivrer. Soyons-en de vrais témoins !!

 

« Si le juste est fils de Dieu, Dieu l’assistera et l’arrachera aux mains de ses adversaires. »

 

                                                                                Amen.

 

                                                                                 Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 12:07

 

Homélie du Dimanche 12 septembre 2021

 Villeneuve-sur-Lot

 

 

« Si quelqu’un prétend avoir la foi sans la mettre en œuvre, à quoi cela sert-il ? »

 

     Frères et sœurs bien-aimés, cette année nouvelle doit s’accompagner de changements réels dans nos modes de vies pour préserver notre terre et la qualité des relations humaines indispensables à notre (sur)vie.

L’Église universelle nous donne deux axes cette année pour opérer ces changements : le modèle de Saint Joseph, par l’année Saint Joseph et la reprise plus concrète de la prière à Saint Joseph pour que l’aide vienne du Ciel ; et la foi dans les familles et dans le sacrement de mariage pour que toutes les générations soient concernées ensemble et se stimulent mutuellement (année Amoris Laetitia, fête des grands-parents fin juillet).

 

Saint Joseph est un homme de foi, de responsabilités. « Grâce à l’obéissance, il surmonte son drame et il sauve Marie » écrit le pape dans sa lettre Patris Corde. « Il nous enseigne que dans les tempêtes de la vie (et de notre monde), nous ne devons pas craindre de laisser à Dieu le gouvernail de notre bateau. Parfois, nous voudrions tout contrôler, mais lui regarde toujours plus loin. »

Comme sur la nouvelle statue de notre paroisse, Saint Joseph porte l’enfant Jésus qui bénit, mais Joseph regarde plus loin et il marche, il continue de marcher avec confiance, et il nous invite à continuer de marcher avec confiance, tout en laissant ce qui est superficiel de côté.

 

Dans les lectures de ce dimanche, Jésus nous fait passer de la fameuse question posée à ses apôtres : « Qui suis-je ? », à la déduction : « Qu’est-ce qu’un disciple ? »… Car le Christ donne de nettes indications : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. » C’est vrai d’un séminariste, d’un diacre et d’un prêtre, mais c’est vrai pour tout disciple, c’est-à-dire tout chrétien baptisé !

« Qu’est-ce qu’être disciple ? »… C’est écouter la Parole de Dieu, écouter les appels de l’Esprit et les appels de l’Église d’une oreille et d’un cœur saisis, attentifs, et non distraits ou habitués !

 

Aujourd’hui par exemple, quand le pape nous dit de ralentir et de moins polluer, ce n’est pas pour des raisons politiques ou économiques, c’est pour des raisons théologiques et pour laisser passer l’esprit avant la matière. Et quand le pape nous demande de nous ressaisir pour soutenir les familles, leur faire entendre la bénédiction de Dieu, les accueillir pour les bénir même si leurs expériences sont parfois plus compliquées, et surtout mieux prévenir et éduquer les jeunes pour qu’ils ne prennent pas des chemins de mort, écoutons-nous ces appels d’une oreille et d’un cœur attentifs et saisis ? La défense de la vie passera par la défense de toute personne et de Dieu qui en est l’auteur.

Que la Vierge Marie et Saint Joseph nous aident à être davantage de vrais disciples courageux et audacieux pour aujourd’hui, quelque soit notre âge !

 

« Si quelqu’un prétend avoir la foi sans la mettre en œuvre, à quoi cela sert-il ? »

 

Amen.

 

Père Thibaud de La Serre

Partager cet article
Repost0