Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mai 2022 1 16 /05 /mai /2022 07:20

Venant de différents horizons et de différentes époques, Titus Brandsma, Devasahayam Lazare Pillai, César de Bus, Luigi Maria Palazzolo, Giustino Maria Russolillo, Charles de Foucauld, Marie Rivier, Maria Francesca di Gesù Rubatto, Maria di Gesù Santocanale et Maria Domenica Mantovani ont été canonisés par le pape François.

 

Partager cet article
Repost0
13 mai 2022 5 13 /05 /mai /2022 21:10

 

Partager cet article
Repost0
7 mai 2022 6 07 /05 /mai /2022 19:55
15 MAI 2022 À ROME : CANONISATION DU BIENHEUREUX CHARLES DE FOUCAULD !
15 MAI 2022 À ROME : CANONISATION DU BIENHEUREUX CHARLES DE FOUCAULD !

Ce 15 mai 2022, le pape François célèbrera à Rome la messe de canonisation de neuf bienheureux, dont trois Français, parmi lesquels Charles de Foucauld. Il naît à Strasbourg le 15 septembre 1858 et meurt à Tamanrasset (Algérie) le 1er décembre 1916 : 58 ans d’une vie extraordinairement riche d’évènements spirituels dont un premier regard rapide ne permet pas d’en saisir la cohérence profonde.

 

La cause de canonisation c’est cent ans d’histoire, dès 1927, l’évêque de Ghardaïa, en Algérie, décide d’ouvrir sa cause en béatification.

 

Soif d’aimer

Orphelin à l’âge de six ans, Charles est élevé par son grand-père maternel, le colonel Beaudet de Morlet. Après une première communion fervente et sa confirmation à l’âge de 14 ans, il perd très vite la foi. S’ensuit alors, dans sa vie militaire qu’il débute à 20 ans, une période de plaisirs, de jouissances, de fuite en avant pour échapper au vide intérieur de sa vie. En réalité, ce qu’il cherche, c’est une immense soif d’être heureux, d’aimer et d’être aimé ; même son expédition au Maroc où il réalisera un remarquable travail scientifique ne comblera pas son désir profond. Sa rencontre avec les musulmans, la manière dont il les voit prier, laisseront sur lui une empreinte profonde : cela ravive en lui la recherche de Dieu et de la vérité.

 

Octobre 1886. À l’église Saint-Augustin, sa confession à l’abbé Huvelin marque une conversion « foudroyante ». Saisi par l’Esprit, il ne veut désormais vivre que pour Dieu seul ; comme le dira l’abbé Huvelin, devenu son accompagnateur spirituel, voulant « faire de la religion un amour  » dit-il encore.

 

En 1890, il entre à la Trappe Notre-Dame des Neiges pour embrasser la vie monastique, seul lieu, pense-t-il, où il pourra enfin être tout à Dieu. Très vite, estimant que l’idéal qu’il cherche n’est pas suffisamment vécu, il quitte la trappe pour celle d’Akbès en Syrie, une petite communauté monastique très pauvre, proche de la ville d’Alep.

 

Une vie « en zigzag »

Quelques années plus tard, en 1897, il demande à être relevé de ses vœux religieux et le responsable général des Trappistes l’autorise « à suivre sa vocation  ». Mais quelle est donc sa vocation ? Profondément marqué par une parole de l’abbé Huvelin, « Dieu a tellement pris la dernière place que personne n’a pu la lui ravir », il part en Terre Sainte où il travaille comme jardinier chez les Clarisses de Nazareth. Là où Jésus a vécu, il découvre ce qu’il appelle « la vie de Nazareth », une vie de présence, d’enfouissement au milieu des gens. Il veut imiter Jésus au plus près possible et pense qu’il ne peut le faire que sur la terre même où il a vécu. Durant cette période, il écrit la plupart de ses méditations sur les évangiles.

 

Le 9 juin 1901, il est ordonné prêtre dans le diocèse de Viviers (Ardèche) et décide rapidement de partir pour le Sahara « vers les brebis les plus délaissées » d’abord à Béni-Abbès, et ensuite vers le sud du Sahara dans le massif du Hoggar à Tamanrasset. Tout en nouant de solides amitiés avec les militaires français, il s’insère, avec beaucoup de respect et d’amour, au milieu des populations touarègues. À leurs côtés, il comprend peu à peu qu’on peut vivre la spiritualité de Nazareth partout, dans toutes les situations. Par solidarité pour le peuple Touareg, et aussi parce ce que c’est un scientifique, il entreprend un énorme travail linguistique, notamment en réalisant un dictionnaire français-touareg. Sa vie se simplifie petit à petit autour de trois pôles : la prière, l’Eucharistie et la fraternité universelle. Il se veut le « petit Frère universel », et œuvre au développement du peuple Touareg.
Pris dans une émeute entre tribus, il meurt assassiné le 1er décembre 1916.

 

 

Un chemin de sainteté

Qui est vraiment Charles de Foucauld ? Un moine épris de l’absolu de Dieu ? Un prêtre missionnaire plongé en pays musulman ? Un explorateur et un scientifique passionné de découvertes ? Il est tout cela à la fois et dans cette vie « en zigzag » émerge petit à petit quelques lignes de forces qui dessinent peu à peu un chemin de sainteté : la recherche éperdue de Dieu, la disponibilité à la grâce divine, le sens des évènements comme des signes et paroles de Dieu, la découverte et l’amour des frères et sœurs quels qu’ils soient. Béatifié le 13 novembre 2005 par le pape Benoît XVI, il est commémoré le 1er décembre, jour de sa mort.

 

L’Église canonise un homme que Dieu a pris par la main et qui a suivi cette main tendue. Toute sa vie, il n’a cessé de contempler amoureusement le mystère de l’incarnation de Jésus et sa présence en tout homme. Il a inauguré ainsi dans l’Église une forme nouvelle de présence au monde et une nouvelle approche de la mission.

 

Prière d'abandon de Charles de Foucauld

Mon Père,
Je m'abandonne à toi,
Fais de moi ce qu'il te plaira.
Quoi que tu fasses de moi,
Je te remercie.


Je suis prêt à tout, j'accepte tout,
Pourvu que ta volonté
Se fasse en moi,
En toutes tes créatures,
Je ne désire rien d'autre, mon Dieu.

Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu,
Avec tout l'amour de mon cœur,
Parce que je t'aime,
Et que ce m'est un besoin d'amour
De me donner,
De me remettre entre tes mains sans mesure,
Avec une infinie confiance
Car tu es mon Père.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2022 2 12 /04 /avril /2022 21:29

 

Prions, ce mois-ci, pour le personnel de santé.

 

 

Partager cet article
Repost0
11 avril 2022 1 11 /04 /avril /2022 19:50

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 08:58

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 08:12

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2022 3 30 /03 /mars /2022 06:34

 

Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 19:16

 

Partager cet article
Repost0
25 mars 2022 5 25 /03 /mars /2022 13:15

 

Adam Jan Figel I Shutterstock / Nancy Bauer I Shutterstock
Adam Jan Figel I Shutterstock / Nancy Bauer I Shutterstock

Adam Jan Figel I Shutterstock / Nancy Bauer I Shutterstock

Aleteia - Mathilde de Robien - avec I.Media - publié le 20/03/2022

 

      Le pape François s'apprête à consacrer la Russie et l'Ukraine au Cœur Immaculé de Marie ce 25 mars. Qu'est-ce que cela signifie ? S'il s'agit de tout remettre entre les mains de la Vierge, cet acte n'engage-t-il pas aussi les croyants ?

 

     C'est un geste historique que s’apprête à poser le Saint Père le 25 mars 2022, jour de la fête de l’Annonciation. Alors que l’offensive russe sur le territoire ukrainien dure depuis 25 jours, le Pape va consacrer la Russie et l’Ukraine au Cœur Immaculé de Marie, et a invité tous les évêques et les prêtres du monde entier à s’unir à la consécration.

 

     Consacrer signifie « dédier à un but sacré ». Le terme revient très souvent dans le vocabulaire de l’Église que ce soit pour les lieux (églises), les personnes (religieux ou laïcs consacrés) et les objets liturgiques, ou encore, cœur de la foi chrétienne, pour la consécration eucharistique. Par dévotion, on peut aussi se consacrer personnellement (on parle alors de consécration votive) au Christ par Marie. Cette démarche personnelle s’est étendue dès le Moyen Âge à des villes, puis à des pays. Ainsi, Louis XIII a consacré la France à Marie en 1638, une démarche imitée ensuite par des évêques ou des papes, pour des pays et lieux définis, voire pour le monde entier. La première consécration du monde au Cœur Immaculé de Marie est faite par Pie XII, pendant la deuxième guerre mondiale, le 31 octobre 1942.

 

Ces pays déjà consacrés au Cœur Immaculé de Marie

       De nombreux pays ont déjà été consacrés au Cœur Immaculé de Marie. Les évêques portugais ont consacré le Portugal le 13 mai 1931. La Pologne fut consacrée en 1946 et l’Australie en 1948. Plus récemment, le Congo s’est consacré au Cœur Immaculé de Marie le 4 février 2017, en présence du cardinal Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège. Le 18 février 2017, l’Angleterre et le Pays de Galles ont été consacrés par le cardinal Vincent Nichols, archevêque de Westminster. Quelques mois plus tard, les évêques d’Écosse ont eux aussi consacré leur pays au Cœur Immaculé de Marie, le 3 septembre 2017. Il y a deux ans, le 25 mars 2020, au début de la pandémie de Covid-19, 24 pays ont été consacrés au Cœur Immaculé de Marie et au Sacré-Cœur de Jésus à Fatima pour invoquer la protection du Seigneur et de la Vierge Marie face à l’épidémie. Les pays consacrés (ou qui renouvelaient leur consécration) étaient les suivants: Albanie, Bolivie, Colombie, Costa Rica, Cuba, Espagne, Guatemala, Hongrie, Inde, Kenya, Mexique, Moldavie, Nicaragua, Panama, Paraguay, Pérou, Pologne, Portugal, République dominicaine, Roumanie, Slovaquie et Timor oriental.

 

À Jésus par Marie

      Cependant, comment consacrer un pays tout entier alors que ses habitants ne sont pas tous croyants ? La consécration d’un pays est bien une consécration votive : ce n’est pas une consécration formelle (qui requiert le consentement), mais une intercession pour le pays. Dans son exhortation apostolique Reconciliatio et poenitentia, Jean Paul II expliquait la démarche : « C’est entre les mains de cette Mère, c’est à son Cœur immaculé – auquel nous avons confié plusieurs fois l’humanité entière perturbée par le péché et déchirée par tant de tensions et de conflits – que je remets spécialement cette intention : que par son intercession, l’humanité découvre et parcoure le chemin de la pénitence, l’unique chemin capable de la conduire à une totale réconciliation ! ». Un acte de consécration s’adresse en réalité à Dieu le Père, par l’intercession de la Vierge Marie. Cela implique, comme le souligne Jean Paul II, d’être soutenu par un chemin de conversion.

 

Partager cet article
Repost0